Guinée: Voici comment Mamadou Moussa Barry a été tué par balle

28 Janvier 2020

La mort de Mamadou Moussa Barry, jeune forgeron, âgé de 20 ans a suscité des réactions de certains citoyens ce mardi 28 janvier 2020. Nous avons recueilli des témoignages de circonstances suite à cette mort tragique.

Cet assassinat intervient suite au mot d'ordre à la résistance active contre le 3ème mandat en Guinée, déclenché par le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC).

« Il a été poursuivi par des policiers. Pendant qu'il essayait de s'échapper avec d'autres, ils lui ont tiré dessus. Avant de tomber, il a crié à l'aide. C'est lorsqu'il est tombé à terre, ils l'ont tous bastonné avec des coups de pieds et à l'aide de leurs fusils et ils l'ont abandonné sur les lieux. Quand nous sommes venu lui voir, on a vu qu'il était dans un état très critique », a raconté Thierno Souleymane Bah.

Cet autre témoin, nous a confirmé aussi qu'après avoir fini avec le jeune, certains policiers savaient bien que la victime n'allait pas survivre.

« Lorsqu'ils ont fini avec lui, certains d'entre eux disaient laissez-le, il est foutu. C'est fini pour lui comme ça. Quand ils ont quitté, nous sommes venus trouver le jeune à terre, en ce moment, il n'était pas mort. Il respirait toujours. Il nous a demandé de l'apporter de l'eau à boire. Après cela, il a communiqué le numéro d'un membre de sa famille, avant de rendre l'âme. C'est les policiers bel été bien qui l'ont poursuivi et on les a vu en train de lui frapper avec leurs fusils et l'abandonné sur place », a confié Oumar Diallo.

Plus loin, mêmes réactions de l'un de ses proches avec qui il cherchait à fuir les policiers qui les pourchassaient. « J'étais avec lui quand les policiers nous pourchassait, moi j'étais un peu devant lui. J'ai entendu le coup de feu et directement mon ami a dit aidez-moi avant de tomber. Je suis parti me cacher quelques parts et j'ai vu les policiers qui le frappaient avec leurs pieds et fusils. Le temps pour nous de l'envoyer à l'hôpital, il a rendu l'âme », a confirmé Aboubacar Baldé.

Mamadou Moussa Barry vient s'ajouter à plus de cent (100) autres victimes bombées par balles lors des manifestations depuis l'arrivée d'Alpha Condé au pouvoir en 2010.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.