Tunisie: Al-Badil, Al-Nida et le parti républicain discutent le document sur le programme du gouvernement proposé par Elyes Fakhfakh

Carthage — Les partis Al-Badil, Nidaa Tounes et l'Union populaire républicaine ont proposé un certain nombre de propositions concernant le programme et la composition du gouvernement Fakfakh, lors de la réunion de mardi soir, au Palais Dhiafa à Carthage, consacrée à la discussion du Document de référence du programme gouvernemental.

Louqy Chebbi, membre du bureau politique du parti Al-Badil, a déclaré à l'agence TAP au terme de la réunion que les représentants de son parti ont exprimé leurs réserves quant à la division de la réunion en deux sessions, celle de la matinée ayant groupé Ennahdha, le mouvement démocrate et les deux mouvements du Peuple et Tahya Tounes."Les représentants d'Al-Badi ont soulevé des questions sur le document présenté par le chef de gouvernement désigné et sur le rôle du parti dans le débat et la modification de ce document", a-t-il indiqué ajoutant que pour Al-Badil le plus important est de "formuler un programme gouvernemental efficient qui sortira la Tunisie de la conjoncture difficile qu'elle traverse".

Quant à Khaled Choukat, directeur exécutif du mouvement Nidaa Tounes, il a indiqué que son parti proposait quelques points complémentaires, en termes de principes généraux ou de points soulevés, et également concernant la composition du gouvernement. Il a estimé que la promesse de Fakfakh, que son gouvernement soit restreint, est "une question positive, malgré la difficulté de supprimer un certain nombre de ministères ou d'intégrer d'autres départements".

Il a indiqué que le marathon de consultations a comporté des réunions entre le chef du gouvernement désigné et les partis, tandis que le deuxième round s'articulera autour de la présentation de la version semi-finie du document contractuel entre les partis, et le troisième portera sur l'approbation du document proposé après que les modifications nécessaires ont été apportées. La dernière étape portera sur les noms qui formeront l'équipe gouvernementale."Tout le monde devrait s'impliquer et prendre part à ce processus, étant donné la situation dans laquelle se troue le pays", a ajouté chaoukat, considérant que "tout gouvernement qui sera formé représentera en fin de compte les Tunisiens, quel que soit celui qui sera chargé de le former".

Pour sa part, Mariem Ferchici, porte-parole officielle de l'Union populaire républicaine, a estimé que le parti avait présenté un certain nombre de propositions concernant le document présenté, en particulier les volets relatifs aux aspects économiques et sectoriels, soulignant "la nécessité de travailler pour changer le mode de développement actuel en vue d'établir un modèle de développement protectionniste des secteurs vitaux".Concernant la position de son parti sur une participation à ce gouvernement, elle a déclaré que le bureau politique "va se réunir pour décider de prendre part ou non à ce gouvernement".Les réunions des commissions conjointes des partis et blocs concernés par la consultation sur la formation du prochain gouvernement, dirigé par Elyes Fakhfakh, ont débuté mardi au Palais Dhiafa à Carthage.

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.