Togo: Un parti d'opposition accusé de soutenir un groupuscule violent

28 Janvier 2020

Selon le ministre de la sécurité Yark Damehame, le groupe dénommé "Tigre Révolution" est soutenu par le parti national panafricain de l'opposant Tikpi Atchadam. Accusation rejetée par un membre du parti en Allemagne.

Alors que le Togo prépare une élection présidentielle fixée au 22 février 2020, les autorités dénoncent une nouvelle fois une tentative de déstabilisation. Le ministre de la sécurité, Yark Damehame, a annoncé l'interpellation d'une trentaine de personnes de différentes nationalités qui seraient membres d'un groupe dénommé "Tigre Révolution".

Ce groupe serait lié au Parti national panafricain (PNP) de l'opposant Tikpi Atchadam qui vit en exil. En novembre déjà, 18 personnes avaient été interpellées, soupçonnées d'avoir participé à des agressions contre des gendarmes à Lomé et à Sokodé. Aujourd'hui, le ministre Yark Damehame affirme avoir des preuves d'une implication du PNP dans ces tentatives répétées de troubles à l'ordre public alors que le pays prépare une élection présidentielle.

Contacté, un membre de la coordination du PNP en Allemagne, Akondoh Ali rejette catégoriquement les accusations contre son parti, dénonçant une manipulation de la part des autorités togolaises.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.