Afrique de l'Ouest: Gouvernance des industries extractives - Le Niger s'inspire du Sénégal

28 Janvier 2020

Le Comité national de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Cn-Itie) a accueilli, hier, une délégation du Niger. Cette visite est motivée par les efforts du Sénégal dans le secteur. Pendant trois jours, les Nigériens vont étudier ce modèle afin d'en tirer des enseignements.

Après deux années d'absence, le Niger réintègre l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie). Un retour justifié par un besoin d'aller vers plus de clarté dans la gestion des ressources naturelles. Pour y parvenir, le Directeur de cabinet du Premier ministre du Niger a fait le déplacement au Sénégal pour étudier les dispositions mises en place par l'État. Accompagné de professionnels du secteur dont des fiscalistes, Amadou Adamou Souleye est venu, dit-il, pour « un voyage d'études ».

L'expérience et les résultats obtenus par le Sénégal dans la mise en œuvre de la Norme Itie justifient, selon M. Souleye, qui est également le Président du Comité multipartite de concertation de l'Itie/Niger, leur choix d'y venir. « C'est notoirement connu que le Sénégal est très avancé en la matière eu égard au dernier rapport présenté en 2018. Donc, en tant que pays frère, nous venons nous mettre à l'école de l'Itie/Sénégal », a-t-il déclaré.

Parmi les attentes, les Nigériens espèrent mieux comprendre l'organisation de l'Itie/Sénégal, notamment les textes qui régissent cette activité pour la transparence dans les industries extractives. Au bout de ces trois jours de travail, ils s'attendent à retourner au pays, riches de l'expérience recueillie.

La délégation a été accueillie par la Présidente du Comité national de l'Itie, Awa Marie Coll Seck, qui s'est réjouie de cette visite du Niger, laquelle confirme, selon elle, les progrès fait par l'Itie/Sénégal. Elle a ajouté que ce séminaire se fera sur le modèle d'une coopération bilatérale. « Nous aussi, nous apprendrons d'eux. En réalité, c'est un partage qui va se faire et a comme objectif de parler de la gouvernance », a souligné le Pr Seck qui a fait un bref exposé du modèle sénégalais basé sur une démarche collégiale et inclusive. À l'en croire, ce mode d'action est garant de transparence.

Pour la séance d'hier, les participants ont étudié la « propriété réelle ». Ce dispositif permet d'identifier, pour plus de transparence, les vrais propriétaires des entreprises exploitantes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.