Congo-Kinshasa: Kabinda/Lomami - Les fonctionnaires de l'Etat soumis au calvaire pour retirer leur salaire

Les fonctionnaires de l'Etat de Kabinda, chef-lieu de la province de la Lomami, vivent un véritable calvaire au moment de retirer leur salaire auprès de la TMB. Le SOS est de plusieurs agents des ministères de l'EPST et de la Santé, victimes de manœuvres de certains agents de cette banque. Nombreux sont ces agents de l'Etat privés de leur salaire mensuel, à cause des raisons d'ordre à dormir debout.

«A la place de i, les agents de la banque qui auraient fait la saisie ont noté u. Cependant, le nom complet est le mien, y compris toutes les autres informations. La TMB me dit d'attendre la correction de Kinshasa. Malheureusement, je suis à Kabinda, il y a plus de six mois. Mes enfants meurent de faim, toutes mes activités sont bloquées. Qu'est-ce qui se passe à la TMB, au moment où les autorités provinciales n'osent dire mot?», s'est plaint un fonctionnaire.

Visiblement, Kabinda se porte mal

L'éventuelle crise qui semble sévir au niveau national, aurait planté ses racines dans cette ville de l'ancienne province du Kasaï Oriental.

"La banque TMB qui paie les fonctionnaires de l'Etat, lance un agent de l'Etat, ne ménage aucun effort pour récuser la paie aux fonctionnaires dûment en ordre avec l'Etat, au motif de certaines erreurs matérielles taillées sur mesure".

Kabinda pue de la pauvreté

Il est, en effet, vrai que cette ville, chef-lieu de la province de la Lomami, tient le coût essentiellement grâce à l'agriculture.

De ce fait, les rares congolais moyens sont des enseignants et autres fonctionnaires de l'Etat, des ministères dont la Santé, l'ESU, l'Intérieur etc.

La sonnette d'alarme est lancée aux autorités du pouvoir central, loin de faire semblant à l'exécutif provincial, de prendre leur responsabilité à main. Pourvu que justice soit rendue à ceux qui le méritent.

La TMB reste un des partenaires de l'Etat, parmi les banques. Il urge, tout compte fait, de s'imprégner de la triste aventure dont les faits sont portés à charge des agents cette banque.

L'ultime mobile de ce cri d'alarme étant de sauver des vies humaines, en mettant l'intérêt supérieur au centre de toute action politique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.