Gabon: Rumeurs d'enlèvements d'enfants - Pas de cours cette semaine

Les cours ne reprendront pas au Gabon avant la semaine prochaine. C'est ce qui ressort d'une rencontre, mardi, entre les syndicats et les associations des parents d'élèves. Le gouvernement a plaidé pour une reprise rapide des cours, mais l'Association des parents d'élèves a refusé.

Après trois heures de huis clos avec le ministre de l'Éducation nationale, le président de l'Association nationale des parents d'élèves et des étudiants, René Mezui Menié, n'a pas mâché ses mots : « Tant que nous n'avons pas lancé notre mot d'ordre de reprise, les parents doivent garder leurs enfants à la maison. »

Fridolin Mve Messa du Syndicat des enseignants de l'éducation nationale (Sena) espère que les cours reprendront la semaine prochaine : « Nous disons que l'environnement scolaire doit être sécurisé. Nos enfants doivent être sécurisés. Les enseignants doivent être sécurisés afin que nous puissions aller vers la reprise des cours la semaine prochaine. »

99 personnes déférées au parquet

Les élèves ont déserté les classes suite aux rumeurs d'enlèvements d'enfants, démenties par le gouvernement. À cela se sont ajoutées les violences qui ont éclaté à Libreville, vendredi 24 janvier, lorsque la population s'est soulevée pour dénoncer ces enlèvements.

Le procureur de la République, André Patrick Roponat, a livré mardi le bilan de ces violences : « 99 personnes ont été déférées au parquet, 66 ont été mises hors de cause alors que 18 ont vu leur procédure être mise en instance pour poursuite des enquêtes. Cinq sont sous mandat de dépôt. »

De son côté, le ministère de l'Intérieur a lancé un avis de recherche pour retrouver les personnes qui ont lynché à mort deux paisibles citoyens gabonais.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.