Ile Maurice: Enseignement supérieur - Certains détenteurs de diplômes peuvent bénéficier de la gratuité

Pour tout premier certificat, diplôme ou licence, un étudiant est exempté des frais de scolarité d'après les derniers règlements du ministère de l'Éducation. Or, certains détenteurs d'un diplôme non universitaire, se sont vu réclamer des paiements. Que se passe-t-il dans un tel cas? Combien paie-t-on sans exemption?

Fraîchement inscrit à une licence, Leckraj se réjouissait de l'exemption des frais universitaires. Mais il a vite déchanté. «Je me suis inscrit l'an dernier. J'avais soumis avec mon dossier tous mes certificats, y compris un diplôme technique de l'institut City and Guilds et signé la fiche d'exemption après les vérifications par l'administration. Mais alors que je voulais m'enregistrer pour le deuxième semestre,le système m'a réclamé Rs 24 000 pour quatre modules au lieu de Rs 4 000 en frais administratifs»,confie le jeune homme. Contactant l'université en question, on lui dira d'abord qu'il s'agit d'une erreur de serveur et que seuls les frais administratifs doivent être payés. Lorsque Leckraj s'y rend, il tombe des nues. Un paiement de Rs 24 000 est bel et bien exigé à cause de son diplôme antérieur. Mais, rétorque-t-il, celui-ci n'est pas d'origine universitaire. Après deux heures d'argumentation et d'allers-retours entre divers départements, l'étudiant ne paiera finalement que les frais adminitratifs: «Le pire c'est que j'ai des collègues dans la même situation et qui sont toujours en suspens.»

Que stipulent les règlements si un étudiant possède un diplôme antérieur à sa licence ? Selon le ministère de l'Éducation, la mesure s'applique aux cours menant à un premier certificat, diplôme ou licence de premier cycle dans les universités publiques. Par exemple, un détenteur d'une licence est inéligible. «Avec un certificate ou un diploma d'une institution d'enseignement supérieur, le postulant est exempté des frais de scolarité», indique-t-on à l'Open University. Qu'en est-il des diplômes obtenus par correspondance? «On accorde la même reconnaissance à ces diplômes.Toutefois, on vérifie le statut de l'institution qui les a délivrés», ajoute-t-il. Idem si ces qualifications émanent d'établissements techniques, dont City and Guilds.

Cet institut est classifié sous la Mauritius Qualifications Authority (MQA) comme un centre de formation britannique, explique un officier: «Il s'agit d'un awarding body de l'Angleterre reconnu par l'Office of Qualification (OFQUAL) et à Maurice par la MQA. Donc elle ne peut émettre un University Diploma.» D'ailleurs, à l'Open University, il nous est spécifié que si «la qualification du postulant est inférieure à celle d'une licence», l'exemption est accordée. Selon le National Qualifications Framework (NQF), le Higher School Certificate (HSC) équivaut à un NQF 5 et un diplôme à un NQF 6. La licence revient au NQF 7. Mais il faut considérer chaque cas en fonction du diplôme et de l'institution, nous indique-t-on.

Il faut considérer chaque cas en fonction du diplôme et de l'institution.

De son côté, Dinesh Somanah, directeur général de l'Université des Mascareignes, précise que l'exonération des frais n'est pas applicable lorsque l'étudiant possède une licence antérieure mais, que pour les détenteurs de diplômes d'écoles techniques ou autres, il faut clarifier avec le ministère de l'Éducation. Démarche que nous avons effectuée à plusieurs reprises mais en vain. À l'Université de Technologie (UTM), l'exemption est possible à condition que l'étudiant soit éligible à un top-up programme dans cette institution en cas de diplôme antérieur.

«Dans ce cas, les frais pour la troisième année sont exemptés. Au cas contraire, l'étudiant devra payer les frais de scolarité et administratifs», souligne Keith Robert Thomas, directeur général de l'UTM. À l'université de Maurice (UOM), l'étudiant qui possède un diplôme d'une université locale, sera exempté des frais de scolarité en partie, affirme une source: «Si quelqu'un détient un diplôme, il est éligible à la gratuité pour compléter sa licence, par exemple, avec un top-up du diplôme au degré.» Pour les diplômes obtenus par correspondance ou une école technique, ces qualifications doivent être reconnues et sont sujettes aux mêmes critères mentionnés plus haut.

Combien paient les étudiants qui ne bénéficient pas de la mesure de gratuité ? Selon Dinesh Somanah, les frais sont de Rs 45 000 par an à l'Université des Mascareignes, avec la possibilité de payer en tranches. À l'Open University, les coûts varient selon les programmes d'études. Par exemple, pour une licence d'anglais, les trois ans d'études reviennent à Rs 138 925. Le paiement par tranches est également en option. Pour une licence à l'UTM, il faut compter Rs 15 700 par semestre pour un programme à temps partiel et Rs 22 300 à temps plein. À l'UOM, pour les full-time tuition fee programmes,les coûts sont dans une fourchette de Rs 78 400 à Rs 189 400. Pour ceux à temps partiel, les coûts varient entre Rs 61 400 et Rs 78 400. Les bénéficiaires de l'exemption ne paient que les frais administratifs. À l'UTM, ils sont de Rs 3 500 et Rs 4 000 à l'Open University. À l'université de Maurice, ils sont généralement de Rs 10 000 pour la majorité des programmes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.