Congo-Kinshasa: Ebola à Beni - 2 structures sanitaires fermées pour non-respect aux règles d'hygiène

La décision de l'autorité urbaine de Beni remonte au mercredi 29 janvier 2020. Bakwanamaha Modeste, maire adjoint, qui a procédé à la fermeture de ces 2 structures de santé, les pointe d'un doigt accusateur dans la gestion des règles exigées par les professionnels de la riposte en période d'épidémie dans la région. Pour lui, en dépit du danger que court la population de Beni, il y a aussi bien de la complaisance que de la légèreté dans le chef des responsables de ces structures.

Il s'agit de deux structures sanitaires privées basées dans l'aire de santé de Kanzuli, dans la zone de santé de Beni, qui ont été frappées par cette interdiction de fonctionnement.

Le maire dit redouter que celles-ci constituent un frein au processus d'éradication de cette maladie dans la zone de santé de Beni alors que depuis quelques mois déjà, l'engagement communautaire des habitants a produit ses fruits, des cas de contamination ayant sensiblement été réduits.

Bien qu'à la base de plusieurs centaines des morts depuis sa déclaration dans la région de Beni le 1 août 2018, la maladie à virus Ebola n'est plus aussi virulente qu'il y a quelques mois au Nord-Kivu de sorte que docteur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur technique de la riposte en RDC préconise la déclaration de l'éradication définitive de l'épidémie à la fin du mois de mars prochain.

Partant de ces avancées significatives enregistrées, Bakwanamaha Modeste menace de verrouiller toute autre structure sanitaire qui favorisera le regain de la maladie dans la contrée.

« Ça fait 2 structures que nous venons de fermer parce que les responsables de ces structures ne veulent pas respecter les mesures d'hygiène nous recommandées par les équipes de la riposte. Nous demandons à tous les prestataires de santé à observer un minimum d'hygiène lorsqu'ils soignent, lorsqu'ils accueillent un malade et lorsqu'ils admettent les patients sur leur lit. Les structures qui ne vont pas observer ces mesures, nous allons les fermer systématiquement les unes après les autres pour que nos administrés soient soignés dans des conditions admissibles. Et donc, s'il y a prolifération d'Ebola, l'une des causes, c'est le manque d'hygiène dans certaines structures », estime l'autorité urbaine.

Où en est-on ?

Selon le bulletin épidémiologique du mercredi 29 janvier 2020, depuis le début de l'épidémie, le cumul des cas est de 3.421, dont 3.302 confirmés et 119 probables. Au total, il y a eu 2.242 décès (2.123 confirmés et 119 probables) et 1.154 vainqueurs (personnes guéries, ou survivants) ; 501 cas suspects en cours d'investigation ; 1 nouveau cas confirmé au Nord-Kivu à Beni ; 2 nouveaux décès des cas confirmés, dont 1 décès communautaire au Nord-Kivu à Beni ; 1 décès des cas confirmés au Nord-Kivu à Beni ; 3 personnes guéries sorties du CTE au Nord-Kivu à Beni.

8.622 personnes ont été vaccinées, jusqu'au 26 janvier 2020, avec le second vaccin Ad26.ZEBOV/MVA-BN-Filo (Johnson & Johnson) dans les deux aires de santé de Karisimbi à Goma. Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018 avec le vaccin rVSV-ZEBOV 279.050 personnes ont été vaccinées

Quant à ce qui est de la surveillance aux points d'entrée, depuis le début de l'épidémie, le cumul des voyageurs contrôlés (prise de température) aux points de contrôle sanitaire est de 144.597.365. A ce jour, un total de 109 points d'entrée et de points de contrôle sanitaire a été́ mis en place dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri afin de protéger les grandes villes du pays et éviter la propagation de l'épidémie dans les pays voisins.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.