Burkina Faso: Palestine - Le président de l'APN dénonce depuis Ouagadougou le "Deal du siècle"

Alger — Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a dénoncé jeudi depuis Ouagadougou (Burkina Faso), la teneur du prétendu "Deal du siècle" pour le règlement du conflit israélo-palestinien, affirmant qu'il ne peut satisfaire le minimum des revendications du peuple palestinien", a indiqué un communiqué de la chambre basse.

Intervenant lors des travaux du 15e conférence de l'Union des Assemblées des Etats membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI), M. Chenine a affirmé que le deal annoncé mardi par le président américain, Donald Trump, n'était qu'une version actualisée de thèses défendues par des partis sionistes" ajoutant que ce Deal "ne peut satisfaire le minimum des revendications du peuple palestiniens et de ses droits confisqués" ."L'occupation sioniste poursuit sa politique de peuplement et d'expansion, au détriment des territoires et des frontières de la Palestine, et poursuit également ses tentatives d'altérer le statut juridique et historique d'El-Qods Al-Charif, profitant ainsi de la complicité flagrante de certaines grandes puissances", a-t-il déploré.

"Les préceptes de l'Islam et la communauté du destin requièrent de tous le soutien des Palestiniens pour l'élaboration d'un consensus historique devant rassembler toutes les parties à même de lutter contre l'occupation par tous les moyens juridiques et politiques légitimes et d'avorter les nouveaux plans sionistes visant le règlement de la cause", a affirmé M. Chenine, appelant les parlementaires à défendre la cause palestinienne dans toutes les unions parlementaires régionales et internationales et au niveau des relations parlementaires bilatérales, étant, a-t-il dit "le souffle rassembleur de tous les musulmans".

Le Président de l'APN a dénoncé, à cette occasion, "les agressions répétées contre le Haram Al-Charif et l'interdiction des fidèles d'accomplir leur prières", affirmant que ces procédures vont à l'encontre de la liberté du culte reconnue par les enseignements divins et les normes internationales, réitérant, dans ce sens, l'attachement de l'Algérie au soutien du droit de rapatriement des réfugiés palestiniens, en tant que droit inaliénable.Il a dénoncé, en outre, les pratiques exercées contre certaines minorités musulmanes notamment "les violations de leurs droits, le dénuement économique, la persécution systématique et l'atteinte à leurs croyances religieuses et ethniques".

Evoquant la situation en Algérie, M. Chenine a fait savoir que le pays "connaît des mutations politiques profondes après plus de dix mois du mouvement de protestation pacifique (Hirak)" mettant en avant le rôle "déterminant" de l'Armée Nationale Populaire dans son accompagnement.Cet accompagnement s'est traduit par un processus de dialogue qui a abouti à l'organisation d'une élection présidentielle régulière et transparente, a-t-il dit ajoutant que c'est là "un précédent et une référence dans notre histoire politique".Il a affirmé que "ces réformes, a-t-il poursuivi, serviront, assurément, l'intérêt général et permettront aux citoyens de bénéficier des retombées du développement".

M.Chenine a indiqué que "les élections présidentielles ont redonné un nouveau souffle à la diplomatie algérienne, soumise à des règles strictes, tel que le respect de la souveraineté, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, le règlement pacifique des conflits ainsi que le respect de la légalité internationale et la défense du droit des peuples à l'autodétermination".Dans ce sens, il a cité les efforts de l'Algérie visant "la réunion des conditions nécessaires pour mettre fin à la crise libyenne, fermer les portes de la fitna (discorde) et empêcher l'effusion de sang en vue de préserver l'unité du peuple libyen et l'intégrité territoriale de ce pays et l'unité de son peuple".

Le président de l'APN a, dans ce contexte, averti de "l'accroissement des ingérences étrangères, directes ou indirectes, et de l'aggravation de la menace terroriste et le flux des terroristes étrangers revenant des zones de conflit au Moyen-Orient vers l'Afrique et l'extrême Orient ", estimant que ces "facteurs pourront accentuer les crises sécuritaires, notamment dans la Corne de l'Afrique et du Sahel", tout en soulignant que ce fléau "risque fortement de s'étendre à travers l'Afrique de l'Ouest jusqu'au Golfe de Guinée".

Il a ajouté que "la diplomatie parlementaire constitue un outil réel et efficace pour promouvoir l'interaction entre les institutions législatives de nos Etats, dans le cadre des Unions parlementaires régionales etM.Chenine a réitéré, en outre, la volonté du Parlement Algérien, aux côtés des parlements des pays islamiques, de participer aux grands débats autour de la pauvreté, la famine, les épidémies, les catastrophes naturelles, le terrorisme et la sécurité régionale et internationale ainsi que la promotion du potentiel commun en matière de technologies de l'information et de la communication".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.