Gabon: Le ministère de la Santé lève les craintes d'une possible recrudescence de fièvre jaune

Libreville — Le ministre de la Santé, Max Limoukou, et les autorités de santé militaire qui avaient lancé le samedi dernier une alerte de santé publique à la suite de la découverte de deux cas de fièvre jaune à Mitzic, au Nord du Gabon, ont rassuré ce vendredi la population sur la crainte d'une épidémie de fièvre jaune.

« Il ressort que les deux cas de fièvre jaune ont été notifiés en juin 2019 par le système national de surveillance des maladies. Il s'agissait de deux adultes de nationalité étrangère qui travaillaient dans des chantiers forestiers à une quinzaine de kilomètres de la ville de Miztic », a précisé le ministre.

Il a ensuite précisé que « des prélèvements avaient été effectués et envoyés à l'Institut pasteur de Dakar pour confirmer, six mois plus tard, soit le 13 janvier 2010, la présence du virus de la fièvre jaune dans les deux échantillons. Les personnes atteintes avaient été soignées entre temps ».

S'il s'agit, selon les autorités médicales gabonaises de cas « sporadiques et isolés », rappelant que les grandes forêts d'Afrique centrale peuvent constituer des réservoirs naturel de fièvre jaune.

Le gouvernement gabonais a pris des mesures de prévention et a renforcé la surveillance épidémiologique non sans conseiller aux voyageurs qui se rendent au Gabon ou qui en sortent de se mettre à jour avec la vaccination contre la fièvre jaune. Mais également pour les enfants âgés de 9 mois.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Infos Plus Gabon

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.