Mauritanie: Une commission parlementaire va se pencher sur les années Abdel Aziz

En Mauritanie, l'Assemblée nationale a adopté ce jeudi la résolution donnant le feu vert à la mise en place de cette commission d'enquête. Elle va travailler sur des cas de possibles malversations.

Désormais, les parlementaires mauritaniens doivent s'entendre sur la composition de cette commission d'enquête. Elle comptera neuf membres choisis en fonction du poids de chaque groupe à l'Assemblée. Une fois constituée, la commission aura six mois pour rendre son rapport.

Elle va enquêter sur sept dossiers de malversations supposées au sein de structures étatiques, durant la dernière décenie, et dans plusieurs secteurs, tels que l'urbanisme, l'énergie ou l'équipement.

La première du genre

Le rôle de cette commission est d'enquêter, d'identifier éventuellement les auteurs présumés de ces malversations supposées, mais pas de les juger. Elle pourra, en revanche, convaincre la justice d'enquêter à son tour.

Cette commission demandée par l'opposition a été acceptée par le parti au pouvoir. « Ce type de commission devrait être de la routine parlementaire », commente le député Boydiel Ould Houmeid, mais il reconnait cependant que « dans l'atmosphère actuelle, cette commission est très politique ». L'opposition, elle, se défend de tout réglement de compte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.