Cote d'Ivoire: Pollution de la Bia - Tchagba Laurent tente de dissiper les inquiétudes des populations

L'épineuse question de la pollution de la Bia du fait des travaux techniques pour l'adduction en eau potable de la localité de Bianouan préoccupe le ministre de l'Hydraulique, Tchagba Laurent.

En visite de terrain, le jeudi dernier, dans le Sud-Comoé, il est allé s'enquérir de l'état de la situation et tenter de dissiper les inquiétudes des populations à travers des mesures urgentes envisagées par le gouvernement. En termes de mesure d'urgence pour desservir les populations en eau potable, il convient de reposer provisoirement le système d'alimentation, en eau potable des villages de Samo et d'Abrobakro sur le forage F4 de Bonoua. « Pendant la mesure d'urgence, une construction d'un château d'eau 200 M3 sera en cours de réalisation.

Les travaux de ce château dureront sur 60 jours » a indiqué le ministre de l'Hydraulique. Qui a également expliqué que les activités dans le lit du fleuve sont responsables de cette turbidité anormalement élevée de l'eau. Il a donc annoncé la sécurisation du bassin de la Bia contre cette agression, en organisant des patrouilles de surveillance du bassin du fleuve, en amont du site de captage de l'usine de traitement de l'eau, par des agents des eaux et forêts.

A en croire le ministre de l'Hydraulique, la sécurité sera renforcée dans la zone d'activité de l'orpaillage et les clandestins seront déguerpis des forêts avec le soutien de la Brigade de lutte contre l'orpaillage du Ministère des Mines et de la Géologie. « Nous allons engager toutes ces actions pour permettre à l'eau de retrouver son niveau de pureté antérieure et permettre le fonctionnement normal de l'usine de traitement de Bianouan et d'éviter que les localités d'Ayamé et d'Aboisso ne soient touchées, à leur tour, par cette pollution » a-t-il promis.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.