Congo-Brazzaville: Gare aux illusionnistes en médecine moderne et traditionnelle !

billet

Ces gens-là ont envahi nos cités urbaines. Ils se servent de la naïveté d'autres citoyens qui souffrent de certaines pathologies pour étaler leur soi-disant savoir-faire en pratiquant soit une fausse médecine moderne, soit en se servant de la fausse médecine traditionnelle.

Pourtant, ils n'ont pas la vertu de ces deux médecines. Ils sont très nombreux dans des quartiers et arrondissements de nos villes. Ce sont des illusionnistes en santé. Comment opèrent-ils alors ?

Parlant d'abord des illusionnistes en médecine traditionnelle. Ces illusionnistes se disent détenteurs des pouvoirs surnaturels légués par leurs arrières-grands-parents. Vrais ou faux, personne ne le sait. Ils sont certainement les descendants de certains féticheurs ou tradi-therapeutes, encore appelés « nganga » en langue vernaculaire. Leurs grands-parents avaient certainement la connaissance sur les vertus de certaines racines et feuilles des plantes pour le traitement de telle ou telle pathologie. Certaines personnes peuvent peut-être en témoigner. Mais ces petits-fils croisés dans la ville sont des vrais « dribbleurs » et « profito-situationnistes ».

Ces vrais illusionnistes se servent des noms de leurs aïeux pour convaincre les paisibles citoyens malades. « Venez à moi, je traite toutes les maladies, j'ai été initié par mon grand-père ». Ces propos mensongers sont connus de beaucoup d'hommes. C'est une vraie escroquerie qui ne dit pas son nom. Autour d'eux, il y a des gens qui vantent leurs mérites. Ce sont leurs propagandistes. Ils côtoient des malades dans des bus, marchés, administrations, restaurants, bars et arrêts de bus en leur remettant des dépliants et cartes de visites.

Et quand ces illusionnistes en médecine traditionnelle reçoivent des patients, ils commencent par la voyance en étalant tous leurs travaux pour hypnotiser les malades. Après, ils passent à la remise aux patients des solutions de tisanes et autres débris de choses préparées d'avance. Enfin, ils donnent des prescriptions qui vont jusqu'à recommander aux malades de venir constamment les voir pour d'autres indications jusqu'à une date que seuls eux savent. Ceci pour gagner de grosses sommes d'argent à la fin du traitement car, en plus de la tisane, ils font aussi des bains.

Les autres « nganga », par contre, exposent leur savoir à ciel ouvert sur les abords des artères, aux coins des marchés et sur les ronds-points. Ils étalent tous les extraits liquides provenant des bois et excréments des animaux dont eux seuls connaissent des vertus et secrets. Ils font même des démonstrations magiques spectaculaires devant des gens pour attirer plus la clientèle.

Que dire des illusionnistes en médecine moderne ? Dans de nombreux quartiers, ils se font passer pour des vrais médecins . Et tout en voulant être à l'abri des services d'inspection en santé, ils ont transformé les moitiés de leur salle à manger en mini-cabinets médicaux. Pas d'écrits à l'entrée de l'habitation. Seuls les gens du quartier voient à longueur des journées comment des personnes malades fréquentent ces milieux hermétiques. Ces gens manipulent à peine le vocabulaire médical, mais ils se disent des gynécologues, ophtalmologues, pneumologues, neurologues, dentistes et autres.

Attention ! A l'allure où vont des choses, si rien n'est fait pour arrêter net la marge de manœuvre de ces « illusionnistes en santé », le risque est grand de voir leur nombre grandir. Nous n'attaquons pas ici la médecine traditionnelle ou moderne, mais nous fustigeons les charlatans. Où est l'ordre des médecins ?

Soyons nous-mêmes vigilants !

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.