Afrique Australe: Neuf mineurs illégaux du Lesotho assassinés en Afrique du Sud

Photo d'Illustration - Des hommes et des enfants travaillent dans les mines à l'extérieur de Bagega. Ils creusent profondément pour trouver la roche, puis écrasent ces roches pour extraire le minerai d'or. À l'intérieur des roches se trouvent des dépôts d'autres métaux, dont du plomb, qui ont empoisonné de nombreux enfants du village.

Neuf mineurs originaires du Lesotho ont été assassinés. Ce ne sont pas des travailleurs des mines comme les autres, ce sont des « zama zamas », des travailleurs illégaux qui creusent dans des mines désaffectées de la région de Johannesburg à la recherche d'or.

La police sud-africaine est à la poursuite de près d'une centaine d'individus suspectés d'avoir commis ces meurtres. Ils feraient partie d'un groupe rival de zama zamas.

87 individus ont été arrêtés et questionnés dans la banlieue ouest de Johannesburg. Ils sont suspectés d'avoir pris part aux meurtres de 9 mineurs illégaux, a annoncé le porte-parole de la police, des meurtres par lapidation, a-t-il ajouté.

Les attaques entre gangs rivaux de mineurs illégaux sont régulières en Afrique du Sud. Elles prennent souvent place à l'intérieur des mines désaffectées, et non dans les quartiers résidentiels comme l'attaque de vendredi.

Les neuf victimes sont originaires du Lesotho, petit royaume enclavé au sein de l'Afrique du Sud, et à 4 heures de route de Johannesburg. Beaucoup d'entre eux viennent tenter leur chance pour quelques euros, un rapport estime qu'environ un mineur illégal sur deux vient du Lesotho.

Ils passent parfois plusieurs semaines sous terre, dans les presque 6 000 mines désaffectées sud-africaines, majoritairement les anciennes mines d'or de la région de Johannesburg, mais aussi les anciennes mines de diamants, près de la frontière namibienne.

On estime à 30 000 le nombre total de ces zama zamas, littéralement « ceux qui tentent leur chance » en langue zoulou. L'activité est à haut risque bien sûr. À commencer par les risques d'éboulement ou de manque d'oxygène sous terre. Ensuite, les zama zamas font face aux gangs au moment de la revente des minéraux. C'est cette deuxième raison qui semble avoir été à l'origine du meurtre de neuf d'entre eux ce week-end.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.