Sénégal: 5eme édition du Festival des minorités ethniques du Sénégal oriental - Bandafassi ravive la flamme des cultures traditionnelles

3 Février 2020

C'est dans une ambiance riche en couleurs et en sons que les autorités de la région de Kédougou et les populations locales ont communié avant-hier, samedi, lors de la 5ème édition du festival des ethnies minoritaires de la commune de Bandafassi.

Au total, près d'une centaine d'acrobates répartis dans cinq ethnies différentes ont rivalisé d'ardeur à qui ferait la meilleure prestation.

Tels des chasseurs prêts à escalader les cocotiers en toute vitesse ou se fondre sur leurs proies, hommes et femmes de tous âges ainsi que des adolescents ont fourni des prestations de haute facture devant les autorités locales de la région en signe de bienvenue.

Drapés sous leurs pagnes multicolores, avec des figurines à base de feuilles de cocotier à la tête ainsi que des feuilles de plantes autour de la taille, les membres des ethnies Bedik, Bassari, Koniagui Dialonké, Diola et Peul ont effectué tour à tour des danses endiablées entrecoupées de cris stridents.

Ayant des similitudes avec les tribus Zoulou, celles-ci, divisées en deux rangées pointaient leurs lances affûtées tantôt à la direction opposée et parfois vers le ciel comme s'ils s'adressaient à une force invisible.

Surplombé par la montagne d'où sont descendus les festivaliers, le centre communautaire de ladite commune avait refusé du monde, venu d'un peu partout à travers le Sénégal. Quant aux populations autochtones ayant fait le déplacement, on pouvait lire l'immense joie qui émanait de leur visage.

Très ému de cette marque d'affection, Ibou Ba, le premier adjoint au maire de la commune de Bandafassi témoigne : «la culture est le premier vecteur qui peut favoriser le rayonnement de la commune.

Ce festival est un moyen de se commémorer les pratiques culturelles ancestrales qui ont toujours contribué au rayonnement de la commune».

A sa suite, le président de l'Association des Minorités Ethniques, M Boubou Samoura, a appelé à la préservation de l'identité des minorités ethniques. «La danse des ethnies témoigne de la richesse des communautés de la région.

Et cette richesse culturelle doit être préservée à tout prix avant d'être léguée intacte aux générations futures comme nous l'avons héritée de nos aînés.

Je remercie par ailleurs le ministère de la Culture qui s'est engagé à reconstruire la radio communautaire brûlée et qui constituait un vecteur important à la valorisation et la vulgarisation de la culture des ethnies de la région»

M. Oumar Mamadou Sow, venu représenter le Gouverneur de la région William Manel, est revenu sur l'importance de ce festival : «Cette édition qui allie l'utile à l'agréable permet aux ethnies minoritaires de cultiver le vivre ensemble, la connaissance de l'autre. Ce qui se manifeste par une augmentation de la participation des populations par rapport aux éditions précédentes ».

Pendant près de 3 jours, les festivaliers venus des coins et recoins de la région de Kédougou auront l'opportunité d'échanger sur divers aspects tels que la culture, le développement communautaire, pour n'en citer que ceux-là.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.