Congo-Kinshasa: Début des réformes destinées à augmenter les recettes de l'État

En République démocratique du Congo, l'un des plus gros enjeux cette année sera la mobilisation des recettes de l'État. Le président Tshisekedi en a fait une priorité nationale et s'est engagé avec son gouvernement dans un pré-programme avec le Fonds monétaire internationale qui vise à réduire les dépenses et maximiser les recettes du pays.

Pour permettre à la RDC de réussir la mise en œuvre de la gratuité de l'enseignement, obtenir des facilités de crédit et même un appui budgétaire direct des bailleurs de fond, les autorités congolaises et l'institution de Bretton Woods se sont mis d'accord sur toute une série de mesures et réformes structurelles.

La première est déjà en cours : élargir l'assiette fiscale en appliquant le même impôt sur le revenu à tous les agents de l'État, fonctionnaires comme personnels politiques, et surtout l'étendre aux primes qui constituent pour beaucoup l'essentiel de leurs salaires. Le paiement de la TVA devrait également être rétabli, mais il y a d'importants arriérés de remboursement auprès de certaines entreprises qu'il faudra épurer.

Pour mobiliser plus de recettes également, le gouvernement congolais s'est engagé à réduire les exemptions fiscales et autres systèmes de compensation, comme d'ailleurs le coût d'entrée des marchandises dans le pays. Beaucoup trop de services de l'État ponctionnent les opérateurs aux frontières de la RDC, sans que la très grande majorité de ces recettes ne soient traçables dans les caisses du Trésor public. C'est ce qui rend aujourd'hui le port de Matadi moins compétitif que d'autres ports régionaux pour des marchandises à destination de la RDC.

La mise en place de ces réformes pourrait permettre de dégager entre 500 millions et 1 milliard de dollars de recettes supplémentaires, selon les estimations. Pour vérifier les progrès réalisés par le pays, le Fonds monétaire international a prévu trois missions, en février, avril et juin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.