Cote d'Ivoire: Forces armées - La dépouille du colonel-major Issiaka Ouattara est arrivée à Abidjan

2 Février 2020

La dépouille mortuaire du colonel-major Issiaka Ouattara (Wattao) a été accueillie hier, à l'aérogare sud (Djeddah) de l'aéroport Félix Houphouët-Boigny de Port-Bouët à Abidjan.Selon des informations recueillies auprès du service presse des armées (Bipa),le corps de l'officier supérieur est arrivé à Abidjan, par le vol ET 513 d'Ethiopian Airlines, en provenance des États-Unis. Toujours, à en croire l'armée, l'avion qui transportait la dépouille a atterri sur le tarmac de l'aéroport d'Abidjan à 11 h 54 mn.

A l'aérogare sud, où a eu lieu le rituel d'accueil, l'émotion était à son comble. On lisait sur les visages des parents, amis et proches présents, qui ont effectué nombreux le déplacement, la désolation et la tristesse. Nombre d'entre eux, ne pouvant retenir leurs larmes, ont simplement éclaté en sanglots.

Il faut souligner que cette cérémonie a enregistré la présence du ministre d'État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko. Il avait à ses côtés des hauts gradés de la hiérarchie militaire. Ainsi que plusieurs autres militaires de l'armée de terre, de la gendarmerie, de la marine, des sapeurs-pompiers... Il faut noter aussi la présence du ministre Nialé Kaba, ministre du plan et du développement.

La cérémonie, à proprement parler, a enregistré deux principales articulations. La première a été un rituel dans la pure tradition koulango. A noter que l'illustre défunt, originaire de Doropo, est fils de ce peuple issu du Nord-est de la Côte d'Ivoire.

Le porte-parole de la famille, a appelé les parents, amis et connaissances du défunt à "être forts et endurants" au terme du premier temps fort du rituel. «Mes parents me chargent de vous dire merci», a-t-il indiqué à l'endroit de la haute hiérarchie militaire qui a eu en charge le rapatriement du corps.

Le second rituel a été l'affaire de l'aumônier militaire musulman, en charge de la Garde républicaine et des sapeurs-pompiers militaires. Il a exhorté l'ensemble des Ivoiriens en deuil à accepter cette douloureuse épreuve.

«Dieu nous a toujours préparés à la mort», a-t-il indiqué, s'appuyant sur le saint coran qui, en le citant, a assuré que «chaque homme goûtera à la mort». Il a souligné, en outre que, face à cette épreuve difficile, «ce qu'il convient de faire, c'est de prier pour le repos éternel du colonel- major».

Par ailleurs, le président du Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques en Côte d'Ivoire (Cosim), lui aussi présent à la cérémonie, a égrené, à l'instar de l'aumônier militaire musulman, un chapelet de bénédictions, pour le repos de l'âme du défunt.

Au terme des prières, la dépouille a été transférée à Ivosep, à Treichville. Avant l'inhumation prévue pour le vendredi 7 février, à Doropo, dans le Bounkani, se déroulera aujourd'hui, à Ivosep, une séance de lecture du coran. La levée de corps aura lieu mercredi 5 février, à 16h, suivie d'une veillée militaire à la Garde républicaine, sous le coup de 20 h. Le lendemain jeudi, aura lieu, un honneur militaire à l'État-major général des armées, au Plateau.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.