Congo-Kinshasa: Recettes publiques - Le pays pourrait mobiliser près d'un milliard de dollars supplémentaire

La première grande action du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, sera certainement de maximiser les ressources de l'État au courant de cette année. La seule mise en exécution des mesures suffira déjà à dégager des recettes supplémentaires dans la fourchette comprise entre 500 millions et 1 milliard de dollars américains.

L'année 2020 débute sur les chapeaux de roues pour le président de la République et son gouvernement. En effet, la mise en œuvre très attendue des réformes reste une urgence nationale pour faire revenir définitivement certains partenaires au développement stratégiques. Il est annoncé au moins trois missions du Fonds monétaires international (FMI) à Kinshasa en février, avril et juin, dans le cadre de la vérification sur le terrain des progrès réalisés par le pays dans le domaine de la mise en œuvre des réformes.

Le président de la République et son gouvernement exécutent actuellement un préprogramme avec le FMI pour arriver justement à réduire les dépenses et maximiser les recettes publiques. Pour rappel, le retour de l'institution financière internationale à Kinshasa est devenu une réalité après des engagements clairs du pays sur toute une série de mesures et réformes structurelles. Quant aux défis prochains, ils sont nombreux, notamment la mise en œuvre effective de la gratuité de l'enseignement, l'obtention des facilités de crédit et même un appui budgétaire direct des bailleurs de fonds.

Du côté du gouvernement de la République, l'on tente de maintenir un certain rythme de travail pour avancer rapidement dans la mise en œuvre de ces réformes. Les efforts actuels ont permis déjà d'élargir l'assiette fiscale en appliquant le même impôt sur le revenu à tous les agents de l'État. Par ailleurs, il y a aussi le rétablissement de la taxe sur la valeur ajoutée. Sur ce dernier point, la tâche n'est pas facile pour le gouvernement au regard des arriérés importants qui s'accumulent auprès des entreprises. Cette situation nécessite obligatoirement un remboursement.

Sur un autre plan, les autorités RD-congolaises vont agir aussi dans le domaine de la réduction des exemptions fiscales et autres systèmes de compensation. En ramenant de l'ordre dans le transport fluvial et maritime, notamment à travers un meilleur coût d'entrée des marchandises, il sera possible de mobiliser davantage de recettes et, surtout, d'assurer une meilleure traçabilité des recettes au niveau des caisses du Trésor public. Nous y reviendrons.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.