Burundi: Face à l'invasion de criquets, le ramassage à la main

Le Burundi se prépare à faire face à une éventuelle invasion de criquets pèlerins qui sévissent dans des pays de la région, au Kenya et en Somalie.

Au Burundi, le ministre ayant en charge de l'agriculture et de l'élevage a annoncé le 4 février au cours d'une conférence de presse, que son ministère s'est déjà préparé à faire face à ce « fléau » si jamais les criquets arrivaient au Burundi, en mettant en place notamment un comité interministériel de suivi, une commission chargée du suivi technique ou encore en lançant une campagne de sensibilisation de la population à ramasser ces criquets et à les consommer s'ils envahissaient leurs champs.

« Le ministère a déjà identifié les méthodes destinées à lutter contre une éventuelle invasion de criquets pèlerins au Burundi : le ramassage de ces criquets à la main et la pulvérisation de pesticides, explique le ministre, Déo-Guide Rurema. Mais l'utilisation de pesticide ne sera pas notre premier choix car elle nécessite une pulvérisation sur une grande surface et par un avion, ce qui pourrait entraîner des effets néfastes pour les hommes, sans oublier la pollution de l'environnement et surtout de l'eau et de l'air. Ces criquets tués par les pesticides vont être mangés par les oiseaux et même par les hommes ».

Ces criquets tués par les pesticides vont être mangés par les oiseaux et même par les hommes et comme ils contiennent le poison en provenance des pesticides, ils risquent de nuire à la santé des hommes et des animaux qui vont les consommer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.