Cote d'Ivoire: Séminaire sur le dialogue interreligieux / L'imam Cissé Djiguiba à la classe politique - « Les politiciens veulent aller à leur palais sur le dos des religieux »

A l'initiative de Ndi (National democratic institute), du mardi 04 au 06 février 2020, un séminaire de réflexion sur le dialogue interreligieux et la prévention de l'extrémisme violent se tient, à Abidjan, à l'hôtel Belle Côte de Cocody.

C'est une rencontre internationale qui réunit les guides religieux nationaux et régionaux pour "explorer les facteurs de prévention de ce phénomène d'extrémisme violent dans leurs communautés et au niveau national à travers le dialogue interreligieux, considérer des scenarios possibles pour la Côte d'Ivoire et identifier les opportunités d'efforts interreligieux pour renforcer la résilience des communautés". Il y a, au total, 63 participants. Les organisateurs de cette rencontre sont partis du constat de "l'instrumentalisation de la religion par les acteurs politiques" et le contexte sécuritaire sous régional dominé par les attaques terroristes au Mali et au Burkina Faso.

L'imam Cissé Djiguiba de Côte d'Ivoire a indiqué que " l'Islam et le Christianisme sont des religions sœurs qui ne s'excluent pas ". Ces deux religions, a-t-il dit, œuvrent pour l'éducation et la moralisation de la société, l'encadrement de la famille, la paix entre les peuples, etc. Nous avons 80 à 90% de préceptes en commun. En Côte d'Ivoire, a-t-il fait savoir, « s'il y a extrémisme religieux, c'est l'extrémisme politique qui a envoyé la Côte d'Ivoire dans la crise que nous avons connue.

En Côte d'Ivoire, il n'y a aucune famille où il n'y a pas de musulmans et chrétiens. Ce sont les politiciens qui, à la recherche de leurs ouailles, veulent mobiliser les religieux pour les suivre. Ils veulent aller sur le dos des religieux pour arriver à leur palais. Nous devons faire comprendre à nos fidèles que la Côte d'Ivoire doit exister au-delà des politiciens » Ediémou Blin Jacob, président du Forum des confessions religieuses, a dit regretter le temps de "Nanan Houphouët-Boigny qui fut une grâce pour la Côte d'Ivoire, lui qui a permis à tous les citoyens de vivre leur foi.

Il a fondé la nation dans l'humour et la cohabitation pacifique." Namizata Sangaré, présidente de la Commission nationale des droits de l'homme de Côte d'Ivoire (Cndhci), représentant le Premier ministre, a félicité et salué les initiatives de paix du Ndi, à travers son directeur, Kévin Adomayakpor. Qui a réitéré l'engagement de son Institution à toujours accompagner la Côte d'Ivoire sur le chemin de la paix.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.