Ile Maurice: Hôpital de Rose-Belle - L'incinérateur en panne pourrit la vie des employés

Ils sont dégoûtés. À chaque fois que le camion à ordures décide de passer, les sept à huit employés qui travaillent comme «general workers» à l'hôpital Jawa-harlal Nehru, Rose-Belle, vivent un martyre.

Munis seulement de gants en latex, de leurs uniformes de tous les jours et d'un simple masque, ils doivent débarrasser les sacs en plastique qui contiennent des déchets médicaux. «Kamion-la pena zour vini, ena fwa li vini apé enn mwa sa bann désé-la fer bebet, li santi pi. Nou per pou nou mem kan nou tir sa», explique un des employés, qui a voulu garder l'anonymat.

Selon le protocole de tous les établissements médicaux, les déchets sont classifiés en trois catégories. Les déchets ordinaires, les déchets médicaux et les «restes humains». Les déchets ordinaires sont jetés dans des sacs en plastique de couleur noire. Tandis que les autres ordures tels pansements, restes humains, seringues sont mises dans des sacs en plastique jaune. Ce qui signifie qu'ils doivent être brûlés.

Rats et bestioles

Cependant, ils sont empilés dans deux espaces couverts avec des tôles dans la cour de l'hôpital, près de l'incinérateur cassé, depuis près de sept mois. Ces ordures pourrissent et empestent. Rats et autres bestioles qui se nourrissent de chair humaine pullulent.

«Lorsque nous venons pour prendre ces ordures, les rats ont déjà rongé les sacs en plastique et les déchets se décomposent déjà. Nous n'avons même pas de quoi nous changer après. Et nous n'avons pas droit aux douches non plus. Nous devons rester avec ces vêtements toute la journée. Ce n'est pas seulement notre santé qui est en danger mais aussi celle des patients car nous rentrons dans l'hôpital pour nos autres tâches», ajoute un autre travailleur.

Odeur nauséabonde

Pourquoi cet incinérateur n'a-t-il pas été réparé? Contacté depuis la semaine dernière, le ministère de la Santé est resté injoignable.

Ce n'est pas la première fois que l'incinérateur d'un hôpital, en panne, pose problème. En 2017, ceux de l'hôpital Dr A. G. Jeetoo et de Candos ont connu le même problème. Comme pour l'hôpital Jawaharlal Nehru, les ordures étaient dans la cour de l'établissement et laissaient une odeur nauséabonde et des bestioles.

Lorsqu'un incinérateur est en panne, les déchets doivent être ramassés au plus vite pour être détruits à Mare-Chicose ou dans d'autres établissements. De plus, le protocole stipule que ces déchets ne sont pas supposés être stockés dans un endroit où les bêtes peuvent accéder, pour éviter des contaminations.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.