Congo-Kinshasa: Journée mondiale contre le cancer - L'ONG Bomoko appelle la population au dépistage précoce

Le 4 février de chaque année, le monde entier célèbre la journée consacrée à la lutte contre le cancer. Pour cette 20ème édition, la journée est placée sous le thème « je suis et je vais ». Cette thématique démontre l'engagement de l'humanité à agir pour atteindre l'objectif de réduire d'un tiers le nombre de décès prématurés liés au cancer et aux maladies non-transmissibles d'ici 2030.

Sur ce, en cette date commémorative, dans l'enceinte de l'Institut National Pilote d'Enseignements des Sciences de Santé, INPESS de Kinshasa, il s'est tenu une journée de communication, de plaidoyer, de dépistage gratuit et de traitement immédiat des lésions précancéreuses du col utérin. Saisissant cette occasion, l'ONG Bomoko a appelé la population au dépistage précoce car, c'est le meilleur moyen d'éviter le cancer.

Le cancer est une maladie provoquée par la transformation de cellules qui deviennent anormales et prolifèrent de façon excessive. Ces cellules déréglées finissent parfois par former une masse qu'on appelle tumeur maligne. En dépit des avancées scientifiques, le cancer demeure l'une des premières causes de mortalité dans le monde, touchant tout un chacun à différents niveaux, d'où l'importance d'un engagement personnel au quotidien, afin de réduire l'impact de ce fléau sur le moyen et le long terme. Le but de cette journée était de sensibiliser la population sur le fait que le cancer est une affaire de tous, en ce sens que chacun peut apporter une contribution pour diminuer consécutivement cette maladie dangereuse en se faisant dépister précocement.

Pour sa part, le représentant de l'Ong Bomoko, Docteur Tony, a donné au cours de son allocution trois facteurs qui provoquent le cancer du sein. Il a, de ce fait, évoqué, entre autres, la puberté précoce, la ménopause tardive et la consommation abusive des produits hormonaux pour écarter les grossesses non désirées. « On s'est rendu compte que la consommation de ces substances hormonales influence et peut faire éclore la maladie précocement », a déclaré Dr. Tony. Plus loin, il a indiqué un facteur très important qui est à l'origine de 80% des éclosions du cancer du col de l'utérus. Il s'agit de l'infection au virus papillom. Dans cet élan, il a recommandé à l'assistance de consulter un médecin et de se faire dépister quand les signes ne sont pas encore visibles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.