Afrique: ONU - Plus de 200 millions de filles et de femmes ont subi des mutilations génitales

Tunis — Plus de 200 millions de filles et de femmes aujourd'hui en vie ont subi des mutilations génitales féminines, une pratique effroyable et néfaste qui peut entraîner des complications d'ordre physique, mental et sexuel indique l'ONU dans un communiqué précisant que, cette année, plus de 4 millions de filles sont en danger.

Les mutilations génitales féminines sont une manifestation flagrante de l'inégalité liée au genre qui est profondément ancrée dans les structures sociales, économiques et politiques a indiqué l'ONU. Elles constituent aussi une violation des droits de la personne et une forme de violence extrême contre les filles. Fort heureusement, entre 2000 et 2018, la prévalence de cette pratique a diminué de 25 pour cent.

Cependant, même une seule mutilation est une mutilation de trop. Cette année, la Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines met en avant le pouvoir qu'ont les jeunes de faire entendre leurs voix. Nous devons amplifier ces voix et aider ces jeunes à plaider en faveur du changement et en faveur de leurs droits.

Ensemble, nous pouvons éliminer les mutilations génitales féminines d'ici 2030. Notre action aura des retombées positives sur la santé, l'éducation et la promotion économique des filles et des femmes.

Alors que l'Organisation des Nations Unies s'engage dans une Décennie d'action en faveur des objectifs de développement durable, faisons de cette décennie celle de la pratique zéro des mutilations génitales féminines.

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.