Centrafrique: Accord de Khartoum - Bangui déplore la mauvaise foi de certains groupes armés

7 Février 2020

La Centrafrique a célébré jeudi (06.02.20) l'an 1 de l'accord. Malgré cet accord signé avec les groupes armés, le pays enregistre toujours des attaques. Le ministre de la justice dit que l'accord prévoit des sanctions.

Une cérémonie a eu lieu jeudi (06.02.20) à Bangui pour marquer les 12 mois de l'accord de Khartoum signé entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés. Malgré la signature ce texte par ces acteurs, le pays reste encore contrôlé par des groupes armés.

Le président Faustin Archange Touadéra a affirmé qu'il est temps d'être ferme pour le respect de cet accord. Allusion faite au non-respect de l'accord par les groupes armés.

Dans un communiqué publié mercredi (05.02.20), Amnesty International a déploré de "graves exactions contre les civils, notamment des homicides et des violences sexuelles".

Le ministre centrafricain de la justice, président par ailleurs du comité national de mise en œuvre de cet accord, déplore la mauvaise foi de certains groupes armés.

"Nous demandons à ces groupes armés encore réfractaires dans l'exécution de bonne foi de cet accord de se mettre en règle avec la République", a affrimé Flavien Mbata.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.