Congo-Kinshasa: Fonds mondial - Plus de 650 millions USD promis pour éradiquer le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA

La RDC recevra un appui substantiel de plus 650 millions de dollars américains du Fonds mondial pour la lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose.

Le Fonds mondial prépare une allocation de plus de 650 millions de dollars américains en faveur de la République démocratique du Congo (RDC), afin d'éradiquer le VIH/Sida, la tuberculose ainsi que la malaria, trois pandémies auxquelles les populations congolaises font face depuis des décennies. L'annonce a été faite le mercredi 5 février à Kisantu (Kongo Central) par le secrétaire exécutif du Fonds mondial, Peter Sands. C'était à l'issue d'une visite de travail qu'il a effectuée en compagnie d'une importante délégation des bailleurs de fonds.

« Nous allons rencontrer le gouvernement mais aussi le chef de l'Etat. Cela nous permettra de préparer la prochaine allocation du Fonds mondial pour la RDC, pour un montant de plus de 650 millions de dollars américains, afin de définir les investissements qui pourront apporter plus d'impact pour le pays », a déclaré Peter Sands.

Le secrétaire exécutif du Fonds mondial séjourne en RDC depuis le mardi 4 février dans la soirée, accompagné d'une équipe de bailleurs de fonds et autres donateurs du secteur de la santé. Un séjour qui s'inscrit dans le cadre du partenariat que le Fonds mondial a noué avec la RDC dans la lutte contre les trois pandémies que sont le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose.

Accompagné d'autres partenaires, Peter Sands s'est rendu dans le Kongo Central où il a été principalement question de palper du doigt la mise en œuvre de certains programmes de santé financés par le Fonds mondial. Peter Sands et sa délégation se sont rendus dans la zone de santé de Kisantu ainsi que dans celle de Mbanza-Ngungu. Après avoir échangé avec les différents bénéficiaires, Peter Sands s'est dit satisfait du travail abattu.

Détermination des partenaires

« Nous avons visité différents partenaires, organisations et centres de santé. Nous avons aussi parlé avec les patients et cela a été très utile. Nous sommes satisfaits de cette visite. Il y a des progrès significatifs qui ont été faits même si beaucoup reste à faire. Néanmoins, ce que je détiens particulièrement de cette visite, c'est la détermination de tous les partenaires sur le terrain pour mettre en œuvre le programme de santé que nous finançons, qui nous permettra d'adresser encore mieux les trois maladies qui frappent actuellement le pays », a déclaré Peter Sands.

Le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, souvent appelé « le Fonds mondial », ou en anglais « the Global Fund », est une fondation à but non lucratif destinée à « attirer, mobiliser et investir des ressources supplémentaires pour mettre fin aux épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme à l'appui de la réalisation des Objectifs de développement durable établis par les Nations unies ».

Lors d'un sommet de l'Union africaine à Abuja (Nigeria) en 2001, le secrétaire général des Nations unies, M. Kofi Annan, avait suggéré la création du Fonds mondial. Une structure qui servirait de « trésor de guerre » mondial pour lutter contre le VIH / sida, la tuberculose et le paludisme. Kofi Annan avait fait du recueil de promesses de dons pour cette nouvelle organisation une « priorité personnelle ».

Le Fonds mondial a commencé ses activités en janvier 2002. En avril 2002, il a attribué sa première série de subventions - d'un montant de 378 millions de dollars US - en faveur de la lutte contre les trois maladies dans 31 pays.

Le Fonds mondial a pour particularité d'être inscrite au registre du commerce de Genève. Et donc de répondre à la législation suisse.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.