Congo-Kinshasa: SUD-KIVU - La MONUSCO forme des femmes leaders en communication politique.

communiqué de presse

Bukavu, 7 janvier 2020 - Près de cinquante femmes politiques et leaders du Sud-Kivu ont été formées en technique de communication politique dans un atelier organisé par la Section Genre de la MONUSCO à Bukavu. Cet atelier a débuté le mardi 4 janvier 2020, sous la facilitation du professeur Henri Paul Iyele de l'Université de Kisangani.

Ce sont des femmes aux ambitions politiques qui ont répondu à ce rendez-vous au Centre Olame de Bukavu. Parmi elles, des ministres honoraires, des députées provinciales et des candidates non élues, y compris des représentantes de la société civile. Le communicologue Henri Paul Iyele, professeur à l'Université de Kisangani, a échangé avec toutes ces femmes leaders sur plusieurs modules ayant trait à la communication politique, notamment, les techniques et les styles de communication politique, les astuces de communication dans un environnement hostile, la communication politique dans la foule et à travers les médias et les réseaux sociaux.

Les participantes ont reconnu la pertinence des matières apprises en rapport avec leurs ambitions politiques. Selon les témoignages de quelques femmes candidates aux scrutins de 2018, « le déficit en communication a davantage pesé négativement sur le résultat de ces scrutins ».

« J'ai décidé de rectifier le tir et me préparer déjà aux prochaines élections présidentielle et législatives en République Démocratique du Congo de 2023 », a déclaré Takebuka Willermine, l'une des femmes candidates qui a échoué aux scrutins de 2018.

Selon la Section Genre de la MONUSCO, « des considérations socio-culturelles constituent encore des pesanteurs qui étoufferaient les aspirations politiques de bon nombre des femmes au Sud-Kivu ». C'est dans ce contexte que la section Genre de la MONUSCO a justifié la tenue dudit atelier pour accompagner des femmes aux instances de prise des décisions politiques tant au niveau national que provincial. « Le discours ou la communication politique efficace demeure au centre de la stratégie politique », a renchérit Alain RUBENGA, responsable de la section Genre de la MONUSCO basé à Bukavu.

Agnès Sadiki, la ministre provinciale honoraire, candidate non élue à la députation en 2018, s'est félicitée de la tenue de cet atelier. « Cela va m'induire à communiquer en permanence en tant que femme politique », a-t-elle affirmé. Agnès Sadiki est à la tête de la coordination provinciale de la cellule chargée de l'encadrement des femmes d'une plateforme politique. Elle pense qu'il faut porter ce genre d'échanges au-delà de la femme politique jusqu'à inclure aussi les écoles, les universités ainsi que les médias, surtout pour ce qui est des débats politiques.

Il faut noter que cet atelier s'ajoute à d'autres efforts de la Section Genre de la MONUSCO pour l'amélioration du taux de participation des femmes dans les institutions politiques aux plans national, provincial et local, cela en vue d'une bonne gouvernance politique.

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.