Cameroun: Le premier ministre camerounais organise un simulacre de campagne

7 Février 2020

Dion Ngute fait venir des centaines de danseurs et d'acclamateurs de Douala et Yaoundé dans un cortège sur-militarise pour battre campagne a Buea, la partie anglophone.

Le pouvoir de Yaoundé et le ridicule sont vraiment antagonistes. Conscient de ce que le mot d'ordre de lockdown (blocus total) sera suivi à près de 100% dans le Southern Cameroons (nord-ouest et sud-ouest anglophone), conscient du rejet suscité par tout ce qui se réfère au pouvoir Biya au sein des populations locales, le Premier Ministre, Dion Ngute, originaire du sud-ouest anglophone, a voulu donner l'impression au monde entier que le peuple du Southern Cameroons conserve sa sympathie envers les autorités de Yaoundé. Ces mêmes autorités qui à travers les forces armées massacrent leurs proches et incendient leurs villages !

Ce jeudi 6 février 2020, des Camerounais ont pu constater à travers des images sur les réseaux sociaux et dans la presse gouvernementale que Dion Ngute était présent au milieu d'une foule immense à Buea (capitale du sud-ouest anglophone) pour la campagne électorale en vue des élections législative et municipale du 9 février prochain. Détrompez-vous, il ne s'agit pas des populations de la ville mais majoritairement d'une foule de "danseurs" et d'"acclamateurs" transportée de Yaoundé et de Douala pour venir faire du nombre.

En effet, plusieurs sources locales déclarent avoir aperçu entrer à Buea et en ressortir une vingtaine de bus de 70 places sous forte escorte militaire transportant une forte délégation de personnes venues de Douala et de Yaoundé pour la campagne électorale. Certains bus transportant la centaine de personnes venues faire foule dans la capitale du Southern Cameroons appartiennent à une agence de voyages basée à l'Ouest-Cameroun, ont confié des sources sur place.

Le régime Biya est vraiment un adepte de la fraude, de la propagande, de la manip' et du tape à l'oeil. Déclaré non grata dans le Cameroun anglophone, le pouvoir de Yaoundé fait tout ce qui est nécessaire pour tromper l'opinion internationale en donnant l'impression que les populations anglophones lui sont toujours acquises et par conséquent, sont contre la lutte pour la restauration de leur indépendance octroyée par l'ONU le 1er octobre 1961.

D'après certains habitants de Buea, quelques poches de résistance au mot-d'ordre de lockdown sont perceptibles dans certains coins de la ville parce qu'il s'agit de ce qui est appelé la-bas "Upper Buea", c'est-à-dire le secteur de la ville réservé à la haute administration et à la classe des riches, contrôlé par l'armée.

Par contre, expliquent nos sources, le Lower Buea qui abrite majoritairement la classe moyenne et des prolétaires observe scrupuleusement le mot d'ordre de blocus total lancé par les indépendantistes. Quoiqu'il en soit, avec ce mot d'ordre de lockdown, les indépendantistes anglophones viennent de remporter une grosse victoire sur les autorités de Yaoundé et désormais, il est aisé de déterminer qui contrôle le Southern Cameroons.

Plus de: Africa Info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.