Cameroun: Ngaoundéré - Le RDPC privilégie les associations

En lieu et place des gigantesques meetings, le candidat à la députation a choisi les rencontres de proximité

A l'allure où vont les choses, la campagne électorale dans la région de l'Adamaoua emprunte diverses stratégies en fonction de l'orientation idéologique et du tempérament de tout un chacun. On a constaté par exemple dans la circonscription électorale de Ngaoundéré où va se jouer l'une des plus grandes batailles de ce scrutin. Curieusement, les approches adoptées pour séduire l'électorat sont très contrastées.

D'un côté, l'UNDP joue à fond la carte du populisme, privilégiant plus que de raison la mobilisation des militants comme des curieux de tous bords. C'était le cas les 27 et 29 janvier 2020 lors de deux giga-meetings de fin d'après-midi où les motos-taxis et d'autres moyens de communication ont joué à chaque fois le beau rôle.

Résultat : les rues de la cité étaient pratiquement désertées par les deux-roues réquisitionnés pour la circonstance par les organisateurs. En bonne place, les têtes de listes aux municipales dans les communes de Ngaoundéré 1er et Ngaoundéré 2è, donnaient le tempo, accompagnés pour la circonstance par Abba Alim, la tête de liste aux législatives qui entend frapper un grand coup.

En face, on ne semble pas se laisser émouvoir par une telle démonstration de force. Bien que le RDPC ait toujours été quelque peu à l'étroit dans cette zone, la sérénité semble de mise. En dehors du grand meeting de lancement de campagne, on semble poindre une certaine discrétion, surtout vis-à-vis des médias.

Approché le 28 janvier dernier à son domicile sis au quartier Baladji 2, Ali Bachir, la tête de liste du RDPC qui cumule déjà trois mandats de député était en concertation avec des conseillers municipaux. Peu diplomate, il a laissé entendre qu'en lieu et place de la presse il dispose d'autres moyens de communication jugés plus efficaces. Il en veut pour preuve les multiples affiches et banderoles déployées dans la ville ou des autocollants bien en exergue sur quelques motos-taxis.

Quelques cadres du parti rencontrés nous ont avoué que le parti organisera tout au plus trois meetings à Dang, à l'esplanade du lamidat et à un autre endroit à déterminer. Le reste du temps sera consacré aux rencontres avec les représentants ou membres d'associations diverses. Concertations au cours desquelles le parti déroule son programme d'action et recueille des doléances éventuelles.

Un registre a d'ailleurs été ouvert à cet effet. Interrogé sur l'efficacité d'une telle stratégie face à l'opposition qui entend ravir le siège de la députation, Saboura, cadre des marchés publics et l'un des membres de l'équipe de campagne du RDPC, estime que l'ancienne technique du porte à porte a montré ses limites car le message passé de bouche à oreille a peu d'impact sur l'individu. Par ailleurs, des contacts à caractère individuel sont de nature à heurter certaines sensibilités religieuses.

Par contre, en menant la sensibilisation auprès des groupes ou associations de toutes natures (culturelles, religieuses, ethniques, régionales, professionnelles... ), on touche un plus grand nombre. Maintenant, il reste à savoir laquelle des deux approches sera la meilleure. Le verdict final sera donné après le vote.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.