Centrafrique: 2600 soldats seront recrutés en 2020

L'annonce a été faite par la ministre centrafricaine de la Défense et de la Restructuration de l'armée, Marie- Noëlle Koyara, au cours d'une conférence de presse.

Selon la ministre, le gouvernement centrafricain prévoit de recruter en 2020 un total de deux mille six cents soldats dans les Forces armées centrafricaines (Faca). L'objectif de ce recrutement est de disposer d'une armée comprenant d'ici 2023 quelque neuf mille huit cents hommes et femmes compétents.

La ministre a tenu à préciser que la loi de programmation militaire centrafricaine prévoit un recrutement annuel de mille trois cents soldats entre 2019 et 2023. Selon elle, «Le pays a accusé un retard l'année dernière, c'est cette raison qui amène le gouvernement à multiplier par deux le nombre des recrues cette année ».

Dans le passé, de nombreux jeunes avaient déjà été incorporés dans les rangs des Faca. Ils avaient été formés d'abord par la mission européenne (EUTM/RCA), puis par des instructeurs russes au maniement des armes fournies par la Russie. Aussitôt, les nouvelles recrues ont été immédiatement déployées sur le terrain où elles mènent des patrouilles conjointes avec les casques bleus de la Mission des Nations unies en centrafrique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.