Congo-Brazzaville: Denis Christel Sassou-Nguesso a été mis en examen par la justice française

Denis Sassou-Nguesso, le président du Congo-Brazzaville.

L'inculpation date de décembre dernier, mais on ne l'a appris que ce vendredi soir. Le fils du président congolais est inculpé pour blanchiment et ses propriétés à Paris et à Neuilly-sur-Seine ont été saisies. Ouverte en 2009, après une plainte de trois associations, l'enquête porte sur des soupçons d'acquisition frauduleuse de patrimoine par la famille Sassou-Nguesso.

Denis Christel Sassou-Nguesso est soupçonné d'avoir acquis des biens en France avec des fonds détournés des revenus pétroliers de son pays.

Selon l'ONG britannique Global Witness, il aurait subtilisé près de 45 millions d'euros des caisses de l'État congolais. Notamment à l'époque où il était numéro 2 de la puissante Société nationale des pétroles du Congo. Il est d'ailleurs surnommé Kiki le pétrolier.

Plusieurs de ses biens ont été saisis par la justice française, notamment deux appartements à Paris, ainsi qu'un hôtel particulier à Neuilly. Des biens estimés à 30 millions d'euros. Cinq autres membres de sa famille ont déjà été mis en examen dans le cadre de cette même enquête.

Il y a quatre ans, le président congolais avait contre-attaqué, portant plainte notamment contre Transparency International, une des organisations à l'origine de l'affaire. Contacté par RFI ce vendredi, Jean-Marie Viala, l'avocat de la famille Sassou-Nguesso, n'a pas souhaité réagir mais a simplement indiqué que celle-ci avait elle-même porté plainte, notamment contre l'ONG Transparency International.

Selon l'avocat de la famille Sassou-Nguesso, ses clients estiment que la plainte de l'ONG a été faite à partir d'un document illégal et donc n'a pas lieu d'être. Ils attendent que la justice dise si leur plainte est recevable.

La famille comme le président disent que cette plainte a été faite à partir d'un document illégal et que donc elle n'a pas lieu d'être. Ils ont déposé plainte contre Transparency et dès lors, ils attendent que cette plainte aille au bout, que le juge d'instruction chargé de cette plainte ait statué. À ce moment, il reviendra à la justice de trancher. Si la plainte est infondée, l'affaire s'écroulera, ce qu'il souhaite bien entendu. Si la justice française considère que la plainte est fondée malgré le fait qu'ils aient déposé plainte pour tentative d'escroquerie et escroquerie au jugement sur la base d'un document illégal, et bien ils répondront - ou ils ne répondront pas,ce sont mes clients - ce qu'ils veulent faire à ce moment-là.

A La Une: Gouvernance

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.