Cameroun: Groupement Maha - Le Sous-préfet de Bazou remet les clés d'un véhicule au chef supérieur

9 Février 2020

Ce 8 février 2020, à l'occasion de la présentation des vœux de nouvel an au roi, les fils et filles du groupement Maha, dans l'arrondissement de Bazou, département du Ndé dans la région de l'Ouest du Cameroun, offrent un véhicule comme cadeau à leur guide traditionnel.

La vie du roi change. A l'occasion de la présentation des vœux de nouvel an, ce 8 février 2020, les fils et filles du groupement lui offrent un véhicule comme cadeau. « Enfin ! Notre père n'ira plus à pieds. C'est une voiture à l'image du rassembleur qu'il est. Il se déplacera désormais avec noblesse, dignité et élégance», se targue le président du comité de développement du village Maha (codevima), Casimir Djoukoua. Le Sous-préfet de Bazou, Mfopou Aliyou, vient de lui remettre les clés de la Toyota Land cruiser, double cabine.

Le roi, sa majesté Jean Kueda, a le sourire aux lèvres. « J'en ferai bon usage », rassure-t-il. Les filles et fils de la localité se félicitent en s'embrassant. Ils arrosent le sésame de champagne. Des chants populaires de joie retentissent. L'euphorie s'empare des lieux. L'élite, Bethel Nouya initie la collecte de fonds pour la réserve de carburant. Aussitôt dit, c'est fait. La corbeille posée devant le roi, est remplie des billets de banque. Les gardes du roi récupèrent la moisson et la mette dans sa gibecière.

L'esplanade de la chefferie supérieure Maha, servant de cadre des cérémonies, prend un autre visage. Le décor calme de la brousse, encerclant le village, laisse place à l'ambiance orchestrée par des Hommes. Les tentes et chapiteaux sont installés entre les 2 baobabs dominant les extrémités de la cour royale. Derrière un arbre tel un parasoleil, le drapeau vert-rouge-jaune flotte au dessus d'une tige en fer, enfouie dans un mât sous forme d'escalier, d'une base de 2 mètres de diamètre. Installé sur un trône géant, ses pieds posés sur une peau de panthère, arrêtant de ses deux mains, une queue de cheval, ses notables veillant sur lui, le roi félicite son peuple. Il hoche la tête, encourageant ses enfants qui viennent lui faire allégeance.

Le jeu politique

Il confirme le bien que l'on pense de lui. Le petit-fils Maha, Jean Claude Mbwentchou est encore sur les feux de la rampe. Pour Casimir Djoukoua, « l'honneur lui revient ». Il informe que c'est grâce à son entregent que le rêve est devenu réalité. S'exprimant sur la question d'acquisition du véhicule du chef, Jean Claude Mbwentchou est satisfait. Satisfait de ce que le roi pourra aller et revenir comme il le souhaite. C'est une promesse tenue. Sorti des rites d'initiations et installé au règne en 2014, le chef a désormais de quoi assurer sa mobilité.

Ils ont vu et entendu. Toute l'élite de l'arrondissement de Bazou, des candidats aux élections législatives et municipales sont à Maha. C'est ici qu'ils ont mis la clé sous le paillasson. La commission de campagne du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc) pour l'arrondissement de Bazou, et son président, Jean Claude Mbwentchou, font d'une pierre deux coups.

C'est dans cette prairie perdue, de près de 300 électeurs, que la commission choisit de boucler la campagne du Rdpc pour le double scrutin législatif et communal du 9 février 2020. L'objectif étant d'inciter des porteurs de projets à y créer des exploitations agricoles, à y bâtir des maisons, surtout à voter pour les listes du parti des flambeaux et obtenir le 100 % aux élections locales de cette année. Un message qui n'est pas allé dans des oreilles de sourds. La moisson de Maha est grande. Le groupement est en quête des ouvriers.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.