Afrique de l'Ouest: La Cédéao donne 6 jours à la Guinée-Bissau pour régler le contentieux électoral

Photo d'illustration

La Cédéao a accordé, ce dimanche 9 février, un court délai jusqu'au 15 février pour que la justice bissau-guinéenne règle le contentieux électoral.

Le candidat du PAIGC, le parti au pouvoir, Domingos Simões Pereira, a soumis cette semaine, un nouveau recours devant la Cour Suprême de Guinée-Bissau demandant l'annulation des élections qui se sont tenues le 29 décembre dernier. La Commission électorale ayant réitéré la victoire du candidat de l'opposition, Umaro Sissoco Embalo.

La Cédéao, Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, s'était réunie en sommet extraordinaire de chefs d'État et de gouvernement à Addis-Abeba, en marge du sommet de l'Union africaine pour débattre, précisément, de la situation politique en Guinée-Bissau. La réunion présidée par le chef d'État nigérien, Mahamadou Issoufou, président en exercice du bloc régional, a également compté sur la présence du Premier ministre bissau-guinéen, Aristides Gomes.

« Ça va nous permettre d'avancer »

Pour l'Ivoirien Jean-Claude Kassi Brou, président de la commission de la Cédéao, « les chefs d'État ont longuement examiné cette question. Ils ont donc demandé à ce que la Cour Suprême examine cette question conformément aux dispositions constitutionnelles de la Guinée-Bissau et que cela soit fait dans un délai maximum, donc la date fixée c'est le 15 février 2020. Donc on a donné un délai à la Cour Suprême pour vraiment vider cette question ».

Le délai est donc de six jours « puisque les recours sont déjà au niveau de la Cour Suprême », explique Jean-Claude Kassi Brou. « Nous pensons qu'avec cette décision des chefs d'État, ça va nous permettre d'avancer, parce que l'objectif c'est d'arriver rapidement à la normalisation institutionnelle et politique de la Guinée-Bissau », rajoute-t-il

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Guinée Bissau

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.