Algérie: Pêche - Accompagner les jeunes innovateurs dans la création de leur startup

Alger — Le ministre de la Pêche et des productions halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi a mis l'accent, samedi à Alger, sur le soutien et l'accompagnement des jeunes innovateurs porteurs de projets pour leur permettre de créer des startup dans les différentes activités liées à la pêche.

S'exprimant lors d'une réunion avec le ministre de la Micro entreprise, des startup et de l'économie de la connaissance, le ministre délégué chargé des incubateurs et le ministre délégué chargé des startup, M. Ferroukhi a affirmé que le travail se poursuivait pour lever les contraintes auxquelles sont confrontés les jeunes dans la création d'entreprises innovantes dans le domaine de la pêche.

L'objectif de cette rencontre est d'accorder une opportunité aux jeunes venus des quatre coins du pays pour présenter leurs projets et exprimer leur préoccupations et les entraves auxquelles ils font face avant de lancer les start-ups, a expliqué le ministre de la Pêche.

Soulignant que la majorité des problèmes soulevés par ces jeunes porte sur le financement et le foncier, M. Ferroukhi a réitéré sa disposition à les accompagner, tout en mettant en place, en coordination avec les secteurs concernés, des solutions pratiques , leur permettant de lancer leurs start-ups.

Pour sa part, le ministre de la Micro entreprise, des startup et de l'économie de la connaissance, Yassine Djeridene a fait savoir que l'adoption d'"un écosystème idéal" favorisera le partenariat avec les opérateurs économiques et les porteurs de projets et renforcera la communication entre les jeunes innovateurs.

Lire aussi: Investissement: mettre en place un système juridique stable et en finir avec l'influence des lobbies

Et de souligner que la création d'un système financier tourné vers l'investissement jumelé à des incitations fiscales au profit des investisseurs dans le domaine l'innovation favorisera la création des startup.

De son côté, le ministre délégué chargé des startup, Yacine Oualid a indiqué que la priorité serait accordée à la mise en place du cadre juridique des start-up afin de définir leur notion et leur permettre de bénéficier de différents moyens de financement.

Il a, en outre, rappelé que l'instruction du Président de la République relative à la création d'un fonds de financement des start-up faciliterait les mesures liées au financement des projets innovants et constituerait une occasion pour les jeunes afin de concrétiser leurs projets sur le terrain.

Et d'ajouter que l'accent sera également mis sur l'ouverture du capital des start-up au profit des investisseurs et l'octroi de différents avantages, soulignant que l'objectif fixé était de créer une valeur ajoutée à l'économie nationale et des postes d'emploi et d'encourager les jeunes à innover dans divers domaines.

Par ailleurs, le ministre délégué chargé des incubateurs, Nassim Diafat a relevé l'importance d'intensifier la coopération intersectorielle, insistant sur la nécessité de mettre au point une stratégie impliquant tous les investisseurs économiques et les jeunes innovateurs en vue de développer et de garantir la pérennité des startup.

Lire aussi: Aquaculture: examen des moyens de renforcer la coopération entre les Ressources en eau et la Pêche

"Ce n'est pas le nombre de startup devant être créées qui compte, mais, plutôt, la valeur ajoutée qu'elles devraient apporter à l'économie nationale", a-t-il dit.

M.Diafat a par ailleurs affirmé que toutes les préoccupations soulevées seraient examinées et évaluées afin de parvenir à des solutions pratiques.

La rencontre, note-t-on, a constitué une occasion pour les jeunes, porteurs de projets dans divers domaines, afin de débattre de leurs projets et perspectives ainsi que les plus importants obstacles auxquels ils se heurtent en matière de création de leurs start-up et de concrétisation de leurs projets sur le terrain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.