Afrique de l'Ouest: Le Nigeria demande un report de l'éco

Money.

Le lancement de la monnaie commune de la Cédéao est théoriquement prévu cette année. Mais deux visions s'affrontent quand à sa mise en place.

Selon un tweet de la présidence nigériane, cette position s'explique par le fait que la majorité des pays n'a pas atteint les fameux critères de convergence. Il faut en effet que les économies de l'espace commun se rapprochent à la fois en termes d'inflation, de dette et de déficit budgétaire.

La position nigériane est cependant à l'opposée de celle répétée le 30 janvier dernier par Alassane Ouattara. Le numéro un ivoirien préconise une approche graduelle, calquée sur celle qui a prévalu en Europe lors de la création de l'euro.

Autrement dit, selon lui, il faut commencer avec les pays qui sont prêts et ne pas laisser ceux qui ne respectent pas les critères de convergence freiner le processus.

Ce sont donc deux logiques radicalement opposées qui s'affrontent au sein de la Cédéao. Techniquement, un seul pays remplit actuellement tous les critères, c'est le Togo, que ce soit en termes de croissance, d'inflation, de déficit budgétaire ou de dette, mais un groupe de cinq à six pays remplit certains de ces critères.

Cette différence d'approche entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria met un peu plus en lumière les réticences d'Abuja face à l'activisme que la zone franc qui veut franchir dès cette année une première étape en transformant le CFA en éco.

Le Nigeria, poids lourds de la Cédéao, refuse une Cédéao à deux vitesses monétaires. Il estime que les exigences contenues dans la feuille de route signée par tous les pays de la Cédéao en 2018 doivent absolument être respectées.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.