Afrique: Fin du sommet de l'Union africaine

11 Février 2020

Le 33e sommet s'est achevé ce mardi (11.02.2020). Les chefs d'Etat et de gouvernement ont réaffirmé leur engagement à mettre fin aux conflits qui déchirent le continent.

Le sommet de l'Union africaine, avec pour thème "faire taire les armes", s'est achevé il y a quelques heures à Addis-Abeba.

Davantage de solidarité africaine et une réponse globale à des défis sécuritaires auxquels les pays ne peuvent plus faire face seuls : tel a été le credo de cette réunion qui s'est terminée tard dans la nuit après de longues heures de discussions.

Mais le chemin est encore long : de la Libye à la Somalie, en passant par le Soudan du Sud, les impasses sont nombreuses et nécessitent des solutions au cas par cas. Un défi que tentera de relever un sommet extraordinaire, qui doit se tenir en mai 2020 en Afrique du Sud.

Force conjointe

Les pays du Sahel ont réaffirmé leur engagement en faveur d'une force conjointe pour lutter contre le terrorisme qui sévit dans la région. En outre, dix millions de dollars supplémentaires devraient être alloués au Fonds pour la paix de l'Union africaine.

Sur le conflit Libyen, l'organisation panafricaine souhaite s'impliquer davantage et a annoncé une coopération resserrée avec les Nations unies. Les deux institutions souhaitent conduire ensemble la mission d'observation de cessez-le feu, une fois celui-ci établi.

ZLECA

Autre dossier du sommet : la Zleca, la zone de libre-échange africaine. L'assemblée de l'Union africaine a désigné lundi (10.02.2020) le Sud-africain Wamkele Mene comme secrétaire général de la Zleca. Celle-ci doit être mise en œuvre d'ici le 1er juillet. Mais de nombreux sujets, tel que le calendrier des réductions des droits de douane font encore débat. Pour l'heure, seul 24 pays sur 54 ont ratifié l'accord.

Libye

En Libye, l'Onu, principal médiateur, "a besoin de nous maintenant", a déclaré Smaïl Chergui, commissaire de l'Union africaine à la paix et la sécurité.

"C'est un problème africain, et nous avons une sensibilité que peut-être d'autres n'ont pas", a-t-il poursuivi. Tout en rappelant le "lien" entre l'instabilité en Libye et la montée en puissance des groupes djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ces dernières années.

Pour rappel, la Libye dispose des réserves de pétrole les plus abondantes d'Afrique. Elle est plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, qui a dit comprendre la "frustration" de cette mise à l'écart de l'UA, a assuré soutenir cette initiative de paix.

Soudan du sud

Le conflit au Soudan du Sud a également été au menu de ce sommet. Cyril Ramaphosa a rencontré séparément le week-end le président sud-soudanais Salva Kiir et son rival, le chef rebelle, Riek Machar.

Les deux rivaux se sont également rencontrés dimanche (09.02.2020) sous les auspices de l'organisation est-africaine Igad qui est le principal médiateur dans le conflit qui déchire le Soudan du Sud depuis plusieurs années, avec à la clé 380.000 morts et une crise humanitaire aiguë.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.