Guinée Equatoriale: «Bien mal acquis» - Teodorin Obiang va se pourvoir en cassation

Le vice-président et fils du président de Guinée équatoriale a été condamné lundi par la cour d'appel de Paris dans l'affaire dite des biens mal acquis. Il a été reconnu coupable de blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics et abus de confiance, mais relaxé de blanchiment de corruption.

Les juges estiment les sommes blanchies à 160 millions d'euros. Comme en première instance, la cour d'appel l'a condamné à trois ans de prison avec sursis et à la confiscation de ses biens en France. Mais la sanction financière est alourdie en appel : 30 millions d'euros d'amende (en première instance, c'était une amende de 30 millions également, mais avec sursis).

Maitre Emmanuel Marsigny, avocat de Teodorin Obiang, réagit à ce verdict, et explique son intention de se pourvoir en cassation.

Nous allons former un pourvoi en cassation puisque la juridiction française a considéré qu'elle pouvait appliquer le droit français à ce qui se serait passer en République de Guinée équatoriale. Il s'agit là d'une ingérence de l'autorité judiciaire française dans un pays étranger et c'est une ingérence que nous critiquons depuis des années.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.