Burkina Faso: Accès aux logements décents - Un programme national pour résorber le problème

12 Février 2020

Le gouvernement à travers le ministère en charge de l'urbanisme entend améliorer les conditions d'accès aux logements.

Le Programme national de construction de logements (PNCL) entend, par sa mise en œuvre, résorber le problème du logement au Burkina Faso.

Initiative du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et mise en œuvre par le ministère et de l'Urbanisme et de l'Habitat l'objectif est de satisfaire toutes les catégories socioprofessionnelles à travers l'assistance à l'autoconstruction, la promotion de la pratique « clé en main », la production de 40 000 logements et des ensembles d'immeubles dans les deux principales villes du pays.

Le gouvernement burkinabè est adhérent à une politique conséquente qui prend en compte la question du logement, à l'origine de la faible capacité des ménages à épargner et à accéder à des crédits pour avoir un toit décent.

Sur ce, l'élaboration du Programme national de construction de logements (PNCL) vient à point nommé et vise à encadrer l'urbanisation, répondre aux besoins en matière d'habitation et de logement.

Le programme prend en compte toutes les catégories socioprofessionnelles de personnes qui vivent au Burkina Faso comme à l'étranger.

Car, le PNCL est prévu pour couvrir tout le territoire national en respectant les limites administratives à travers la consolidation de l'armature urbaine et la hiérarchisation des villes.

Son objectif est de produire 40 000 logements par la mise en place de mécanismes appropriés. Toute chose qui suppose une révision et une amélioration de l'environnement règlementaire et institutionnel dans la vision de combler le déficit et d'apporter des solutions pour les personnes à revenus faibles.

A cet effet, dans le cadre de sa mise en œuvre avec une mobilisation des financements de 494 089 220 000 F CFA, la stratégie du gouvernement est orientée vers le Partenariat public privé (PPP) et une implication des institutions financières.

Toutefois, le plan de logement entend utiliser les ressources de l'Etat comme levier pour mobiliser les investissements des partenaires privés. Une telle volonté consiste aussi à améliorer les conditions d'accès à des crédits pour les acquéreurs bancaires.

D'où une contribution au programme d'un montant de 85 705 000 000 F CFA dont une affectation budgétaire de 36 millions CFA et un prêt concessionnaire de 30 millions FCFA.

Pour ce faire, la part des promoteurs immobiliers est de 348 486 720 000 F CFA dans le cadre du PPP et celle des banques qui interviennent directement est de 59 897 500 000 F CFA pour l'assistance à l'autoconstruction individuelle ou à travers les coopératives d'habitat.

« Assister les ménages»

Pour l'assistance à l'autoconstruction des ménages, le programme entrevoit se pencher sur les parcelles attribuées et qui ne sont pas mises en valeur.

Ainsi, il est requis l'installation d'un dispositif technique et financier qui permettra d'aider à construire près de 5 000 coopératives d'habitat, 3 000 logements individuels et 2 000 logements locatifs privés.

C'est pourquoi l'application du principe de la pratique « clé en main » est fondamentale au PNCL en vue d'améliorer l'offre de logement. En clair, l'esprit du programme vise aussi un accès direct au logement au lieu de l'attribution de parcelles à faire construire et la promotion des collectifs de logement.

C'est ainsi que le plan augure, d'une part, dans l'objectif de résoudre le problème de logements à l'extérieur des agglomérations de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso, des noyaux urbains et des niches foncières où des ensembles d'immeubles seront bâtis pour les jeunes ménages et pour la diaspora.

D'autre part, des résultats engrangés sont de plus de 1200 logements déjà commercialisés à Ouagadougou, et 100 à Banfora avec le démarrage de 100 autres pour la seconde tranche. Quant à la ville de Ziniaré, 50 maisons sont déjà construites et 100 sont en cours d'être réalisées.

De même, Gaoua dans la région du Sud-Ouest, a bénéficié de 475 logements alors que Manga a noté 500 habitations dont 200 destinées aux « forces vives » et 300 à usage social et économique.

Dans le cadre de la célébration du 11-Décembre, Tenkodogo dispose désormais de 100 habitats socio-économiques dont 50 réceptionnés avec près de 600 pour les forces vives.

Dans les perspectives de l'année 2020, le projet prévoit la mobilisation de plus de 80% des 2000 ha nécessaires à la réalisation de l'ensemble des logements.

Ainsi, un lancement dans les prochains jours, va consentir simultanément la construction de 300 logements à Ouahigouya, 300 à Kaya ,200 à Dédougou, 300 à Fada N'gourma et 900 à Bobo-Dioulasso.

Et de convenir que des conventions ayant été signées avec des promoteurs nationaux, la capitale verra aussi le déclenchement d'un processus d'exécution de 6000 logements dont 1000 à Komsilga, 500 à Loumbila, 1000 à Saaba, et 3000 dans la commune de Koubri.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.