Burkina Faso: Suspicion de coronavirus - Le "patient" testé négatif

12 Février 2020

La ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué, a annoncé à la presse, le mardi 11 février 2020 à Ouagadougou, que les résultats de l'analyse de laboratoire ont été négatifs sur le cas suspect de coronavirus.

Le jeune chinois suspecté ne souffre pas d'une maladie liée au coronavirus. Il s'agit plutôt d'un asthme suivi de toux ayant provoqué une gêne respiratoire et une fièvre.

L'information a été donnée, le mardi 11 février 2020 à Ouagadougou, par la ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué, au cours d'une rencontre avec les hommes de médias.

« Les investigations de laboratoire faites par des experts venus de l'institut Pasteur de Dakar ont été négatives pour le nouveau coronavirus », a-t-elle précisé.

En effet, a-t-elle rappelé, c'est le 5 février 2020 que son département a été informé par la représentation chinoise, d'un cas suspect d'infection dû au coronavirus. L'intéressé, asthmatique, est venu d'une localité de l'extrême Nord de la Chine où aucun cas n'a été notifié.

« A ce jour, le patient est suivi par une équipe médicale à l'hôpital de Tengandogo à Ouagadougou et est en très bon état de santé, sans aucun signe spécifique de la maladie », a insisté la ministre.

Elle a relevé que l'épidémie depuis son apparition, s'est propagée dans plus de 24 pays, mais aucun cas n'a été enregistré en Afrique pour le moment.

Face à cette situation, a-t-elle rassuré, le gouvernement a entrepris des actions de réponse à une éventuelle épidémie.

Elle a cité notamment, l'activation du centre des opérations et de réponse aux urgences sanitaires et le renforcement de la surveillance aux points d'entrée terrestre, ferroviaire et aéroportuaire.

S'agissant d'une probable suspension des vols en provenance de la Chine, la ministre a indiqué que le gouvernement n'en est pas arrivé à là. « L'entrée est bien surveillée notamment la prise des températures au niveau des aéroports.

Les consignes ont été données à tous ceux qui viennent de la Chine, d'observer la période de confinement de 15 jours », a-t-elle précisé.

Elle a indiqué qu'un éventuel rapatriement des 22 étudiants burkinabè vivant à Wuhan, foyer de la maladie, n'est pas à l'ordre du jour. D'ailleurs, selon l'ambassadeur de Chine au Burkina Faso, Li Jian, ces personnes vont bien.

«Aucun suspect n'a encore été signalé dans les six universités où fréquentent ces étudiants. Ces établissements ont même repoussé leur rentrée de printemps. Des instructions ont été données pour leur ravitaillement», a-t-il renchéri.

La question de la fièvre hémorragique Crimée-Congo, déclarée dans la région de Mopti au Mali voisin, a été évoquée lors de cette conférence de presse.

Selon la ministre, les autorités sanitaires burkinabè sont informées de cette maladie virale, qui se transmet par la piqure de certains insectes mais aussi par le contact direct avec certains animaux.

« Le dispositif contre un éventuel cas viral existe et est très efficace. Nous espérons que le Mali parviendra à contenir la propagation de cette maladie », a conclu Mme Lougué.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.