Guinée: L'appel à manifester du FNDC peu suivi à Conakry

Photo d' illustration

Nouvelle journée de mobilisation en Guinée où le FNDC appelle à une nouvelle journée de « résistance citoyenne et permanente » contre le projet de nouvelle Constitution. Lundi 10 février, le président Alpha Condé a ouvert la porte à une possible candidature pour un troisième mandat ce qui est interdit par l'actuelle loi fondamentale

Conakry, la capitale guinéenne, a des airs de ville morte. Les gens ne sont pas allés travailler, les boutiques sont fermées et les routes dégagées. C'est notamment le cas sur la route Le Prince, où la plupart des commerces sont fermés et la circulation est très faible.

Les habitants ne sont pas sortis pour manifester devant chez eux, comme le demandait le Front national de défense de la Constitution. En effet, pour cette mobilisation, le FNDC a encouragé les citoyens hostiles au projet de nouvelle Constitution à créer des attroupements dans leurs quartiers. Des attroupements, qui sont en général, sont dispersés par la police.

Aucun incident n'a été signalé pour le moment, mais signe tout de même de la tension qui régnait ce mercredi matin, l'accès au domicile de Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l'opposition, a été momentanément bloqué par les forces de l'ordre.

La classe politique divisée

La classe politique est divisée sur la posture à adopter pour les deux scrutins (législatif et référendum sur une nouvelle Constitution) prévus le 1er mars. On a d'un côté, des formations politiques qui se préparent et battent campagne pour les législatives du 1er mars. C'est le cas du RPG, le Rassemblement du peuple de Guinée, qui soutient l'ensemble des projets du président Alpha Condé. Pas question de changer quelqu'un dont le bilan est positif, explique Sékou Condé, le secrétaire permanent du RPG.

De son côté l'opposition fait campagne contre le double scrutin. Cellou Dalein Diallo estime que le référendum est une consultation « illégale, qui remet en cause les maigres acquis démocratiques » de la Guinée. L'opposition compte boycotter les scrutins du 1er mars car elle estime que le fichier électoral n'est pas fiable et a donc des doutes sur la transparence de ces élections.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.