Libye: Le Conseil de sécurité réclame à son tour un «cessez-le-feu durable»

Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies votent pour adopter la résolution 2510 sur la Libye exigeant un cessez-le-feu

Hier mercredi 12 février, à New-York, le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé une résolution réclamant qu'un cessez-le-feu durable remplace la trêve observée depuis janvier en Libye. Les diplomates ont ainsi confirmé les conclusions du sommet de Berlin, le 19 janvier dernier, où de nombreux dirigeants avaient affiché leur unité. Mais le temps qu'il a fallu pour négocier les mêmes termes aux Nations unies montre bien que les divisions internationales persistent.

Il aura fallu près de quatre semaines aux membres du Conseil de sécurité pour valider les conclusions de la conférence de Berlin, où déjà, les dirigeants politiques s'étaient mis d'accord sur un cessez-le-feu en Libye. Une résolution avait alors vite été réclamée par l'envoyé spécial de l'ONU, Ghassan Salamé, convaincu que cela permettrait d'apaiser les tensions réapparues sur le terrain.

Hier, 14 pays ont voté en faveur de la résolution. La Russie s'est abstenue - alors que Vladimir Poutine était l'un des signataires de Berlin. En coulisses, les Russes ont bloqué les négociations en exigeant que toute mention des « mercenaires » soit effacée : depuis plusieurs mois, ils sont en effet soupçonnés d'avoir soutenu l'acheminement de plusieurs milliers de mercenaires du groupe privé Wagner, qui auraient aidé le maréchal Haftar dans ses avances militaires, contre le gouvernement d'union nationale de Sarraj.

Ils n'y sont finalement pas parvenus, et ont émis leurs doutes quant à la faisabilité réelle d'un cessez-le-feu pour justifier leur abstention. La résolution demande aussi au secrétaire général de l'ONU de proposer des moyens de contrôle du cessez-le-feu, et exige des Etats membres de s'abstenir de toute interférence dans le conflit libyen.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.