Congo-Kinshasa: Grève et devoir civique

13 Février 2020

"Le droit de grève est reconnu et garanti" par l'article 39 de la Constitution. Aussi, l'article 65 stipule-t-il que "Tout Congolais ... a le devoir de s'acquitter de ses impôts et taxes". Mais sur le terrain, le Congolais est enclin à s'octroyer plus de droits que d'obligations.

Preuve : la grève est devenue une arme fatale utilisée à toutes les sauces. Professeurs d'universités, médecins, magistrats sont en train de l'expérimenter. D'autres corporations observent et, comme mues par un puissant ressort invisible, menacent le front social. La revendication principale est la revalorisation du barème salarial.

Mais là où le bât blesse, c'est quand des cadres, tels ceux qui battent le pavé aujourd'hui, feignent d'ignorer - à moins de le faire exprès - que les services attitrés de l'État-employeur sont incapables de recouvrer les recettes qui lui sont dues. Ce qui impacte négativement la hauteur du budget national.

Pourtant, des grévistes informés savent qu'au cours de ces cinq derniers exercices budgétaires, le recouvrement des impôts, taxes et autres cotisations sociales n'ont jamais dépassé les 60% des prévisions. Comment s'en étonner quand il est établi que, contrairement aux ouvriers et aux employés du secteur privé, les députés, sénateurs, ministres, professeurs, magistrats et fonctionnaires s'exemptent de l'impôt professionnel sur le revenu (IPR). Ailleurs, un politique incivique n'est pas éligible à la fonction s'il a oublié de payer ses impôts.

D'ailleurs, d'où proviendraient les salaires valorisés que réclament les grévistes si ce ne serait que de la maudite planche à billets, à laquelle le gouvernement ne peut recourir sans conséquence ?

Une chose est de revendiquer son droit. Le meilleur acte civique est de payer son impôt. À moins d'habiter l'Émirat du Qatar et les Îles Caïmans qui dispensent leurs citoyens de ce devoir civique.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.