Madagascar: Commune urbaine d'Antananarivo - La sensibilisation avant la mise en fourrière

Mesures dissuasives. L'augmentation de l'amende pour les véhicules mis en fourrière adoptée par le conseil municipal de la commune urbaine d'Antananarivo (CUA) a alimenté les discussions, depuis quelques jours. Une hausse substantielle à entendre les informations transmises.

Dans le cadre de la clôture de la première session du conseil, hier, le maire Naina Andriantsitohaina a apporté des explications. « Il ne s'agit pas d'une mesure répressive et encore moins d'un moyen pour renflouer les caisses de la commune. C'est une mesure dissuasive pour faire évoluer la mentalité et pour changer les comportements et les attitudes des automobilistes », précise-t-il.

Redorer l'image de la Capitale. Tel est le mot d'ordre du maire Andriantsitohaina depuis les campagnes électorales. Héritant des séquelles de plusieurs années d'indiscipline et d'incivisme, son principal défi c'est de changer les mentalités. Les premiers effets des mesures prises pour la fluidité de la circulation sont appréciés. L'envahissement des chaussées par les marchands est visiblement atténué. Toutefois, le stationnement sauvage persiste.

Avec les centaines de milliers de véhicules à Antananarivo, il est difficile de trouver une place pour se garer le jour et encore moins la nuit. Dans certains quartiers, les trottoirs font office de parking, le jour et de garage, la nuit. D'Ankadifotsy à Anosibe, d'Andavamamba à Andranomanalina, d'Ambondrona à Namontana,les piétons doivent marcher sur la chaussée car les trottoir, sont accaparés, par les marchands de rue et les parkings.

Pour des raisons diverses, le montant des amendes relatives aux infractions est méconnu par les usagers de la route. Ils préfèrent « s'arranger » avec les agents verbalisateurs moyennant quelques billets dont la couleur varie selon les humeurs et le pouvoir d'achat de chacun. Ainsi, Les détracteurs de cette mesure appréhendent des abus. « Nous allons privilégier la sensibilisation et l'éducation. Par la suite, nous allons donner des avertissements. En cas de récidive, les sanctions vont tomber », rassure le maire.

Le conseil municipal a ainsi adopté le texte. Avec l'aval de la préfecture pour le contrôle de conformité, la mise en fourrière coûtera, désormais, aux automobilistes 2000 ariary par cheval, 200 000 ariary pour le frais de transport et 150 000 ariary par jour pour le gardiennage. Une lourde amende qui conduira les automobilistes à mieux se conduire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.