Congo-Kinshasa: KITOKO - Une nouvelle ville intelligente à l'Est de Kinshasa

A Abu-Dhabi où il s'est exprimé ce mercredi 12 févier 2020, en marge de la 10ème édition du «Forum Urbain Mondial», Pius Muabilu a fourni davantage de précisions sur le projet KITOKO. Il s'agit de la nouvelle ville intelligente et globale que compte ériger le Gouvernement de la République Démocratique du Congo à l'Est de la ville de Kinshasa, à 40 Km du centre-ville et à 15 Km de l'Aéroport International de N'djili.

Un énorme chantier, en effet, qui nécessitera à coup sûr les apports financiers tant du Gouvernement que des partenaires privés. A cet effet, le ministre d'Etat à l'Urbanisme et Habitat a assuré la mise en place des stratégies de mobilisation des recettes à travers notamment, la lutte contre la corruption, l'évasion fiscale et le coulage des recettes.

Mais également, a-t-il souligné, la réforme du système judiciaire, sans omettre l'amélioration du climat des affaires dans le but d'éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité considérées comme objectifs du développement durable.

"Force est de souligner que le grand problème qui se pose à nous est celui du financement de toutes les opérations afin de rendre effective la mise en œuvre du Nouveau Programme pour les Villes", a laissé entendre Pius Muabilu, à ce forum qui se déroule sous le thème «Les Villes des Opportunités, relier la culture et l'innovation».

Ainsi, a-t-il suggéré que, pour appliquer ou faire appliquer ce nouveau programme, le pouvoir d'Etat se devra de mobiliser les moyens financiers importants, pour lesquels le Gouvernement est appelé à mettre à jour des mécanismes endogènes de financement afin de mobiliser les recettes y afférentes.

Le Fonds National de l'Habitat comme palliatif

Afin de rendre effective cette démarche, le ministre de l'Urbanisme a rassuré que le Gouvernement de la République mettra bientôt en place le Fonds National de l'Habitat, qui pourra résoudre d'énormes problèmes dans le secteur.

De ce fait, a-t-il soutenu, "nous appliquerons certainement la problématique des thématiques retenues par le Forum Urbain Mondial tels que la législation, le logement, le changement climatique, le genre, la planification, l'économie urbaine, la jeunesse, l'énergie".

Trois perspectives pour une meilleure intégration régionale

A cette grand-messe mondiale qui se tient depuis le lundi dernier aux Emirats Arabes Unis, Pius Muabilu a fait mention des principales perspectives envisagées par le Gouvernement dans le secteur de l'urbanisme pour une meilleure intégration régionale et culturelle. Ce, prenant en compte la position stratégique du pays et le souci de renforcer l'aspect de coopération.

Il est premièrement question d'élaborer un code de l'urbanisme et construction qui devra édicter les axes de développement urbain en intégrant les rapports avec ses 9 pays voisins frontaliers et l'expansion des couloirs urbains.

Mais aussi tenir, dans la même veine, le premier Forum Urbain National dont les travaux préparatoires adoptés par le Gouvernement seront axés sur l'amélioration de la gouvernance urbaine, l'urbanisation positive et le logement décent.

Enfin, lancer un vaste programme de construction de 250.000 logements en faveur des populations démunies.

Le ministre de l'Urbanisme et Habitat dont le discours était très attendu, a également fait voir aux dirigeants du monde que la problématique de la solidité de l'économie congolaise et sa capacité à redistribuer les retombées de la croissance demeurent au centre des préoccupations du gouvernement de la République pour la vision d'un Congo émergent.

Il pense, par ailleurs, que la concrétisation de cette émergence impose au gouvernement de s'investir sur le renforcement de la contribution au développement des établissements humains susceptibles de favoriser l'interaction transfrontalière. C'est à ce pris là, estime le ministre d'Etat, que l'Afrique va gagner.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.