Maroc: Amnesty dénonce les atteintes à la liberté d'expression

Amnesty international a dénoncé mardi dans un communiqué une campagne des autorités marocaines contre des voix critiques, avec une «vague d'arrestations et des poursuites arbitraires».

L'ONG de défense des droits humains a répertorié depuis novembre au moins dix personnes arrêtées et condamnées à des «peines sévères»L'ONG rappelle ainsi les cas de deux youtubeurs condamnés à trois et quatre ans de prison.Les condamnations d'un lycéen à trois ans de prison, d'un jeune rappeur à quatre ans ou encore les poursuites engagées contre le journaliste Omar Radi pour avoir critiqué un juge sont aussi listées par Amnesty.

Les autorités marocaines «devraient abandonner les charges et libérer toutes les personnes poursuivies et condamnées pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d'expression», a déclaré Heba Morayef, directrice régionale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, citée dans le communiqué.

Elles devraient aussi «cesser d'utiliser les dispositions archaïques du Code pénal pour criminaliser la liberté d'expression», a-t-elle ajouté.Début février, l'ONG Human Rights Watch (HRW) avait elle aussi fait état d'une campagne contre des internautes «qui n'ont fait qu'exprimer pacifiquement des opinions critiques».Une campagne baptisée #freekoulchi («libérez-les tous») a récemment été lancée sur Facebook et Twitter pour dénoncer les sanctions judiciaires contre des voix critiques.

Questionné à ce sujet, le porte-parole du gouvernement Hassan Abyaba avait affirmé en janvier que «la situation des droits humains ne connaît aucune régression au Maroc», appelant «à distinguer ceux qui s'expriment librement de ceux qui commettent des délits réprimés par la loi».

Idem pour le chef du gouvernement, Saad Dine Otmani, qui avait affirmé en décembre dernier devant la Chambre des conseillers que notre pays « a réalisé des avancées considérables dans le domaine de la protection des droits de l'Homme », que « la justice est indépendante du pouvoir exécutif et qu'il faut respecter ses verdicts » et que « le gouvernement n'assume aucune responsabilité dans les décisions prises par la justice ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.