Tunisie: Agriculture | Coopération Tuniso-italienne - Une meilleure utilisation des énergies renouvelables

13 Février 2020

Dans le cadre du projet «Refat», 24 jeunes ont été formés dans les domaine agricole, de l'énergie solaire et du machinisme agricole. Les jeunes ont été encouragés à l'initiative privée en adoptant un business plan pour leurs projets. Ensuite, il a été procédé au choix de 10 jeunes dont des promoteurs de projets qui peuvent être intégrés dans la coopération technique en matière d'énergies renouvelables.

M. Boubaker Karray, chef du cabinet du ministre de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, a donné le coup d'envoi, le 11 février 2020, du projet de coopération technique pour l'utilisation des énergies renouvelables dans le domaine de l'agriculture (Refat) en présence de M. Campanello Maoro, représentant de l'ambassade d'Italie à Tunis, ainsi que M. Macro Polverari, directeur exécutif du centre méditerranéen des énergies renouvelables, et les représentants des ministères concernés et nombre de directeurs généraux, des cadres du ministère et un groupe de jeunes bénéficiaires de la formation dans le cadre dudit projet.

A cette occasion, M. Boubaker Karray a rappelé les liens qui existent entre l'eau, l'énergie et l'alimentation. C'est une nouvelle approche adoptée par la Tunisie qui est appelée à relever les défis et atteindre les objectifs du développement durable. D'autant plus que l'utilisation de l'eau dans l'agriculture est devenue dépendante de l'énergie.

Réduire les émissions de gaz

Ainsi, l'agriculture irriguée qui constitue une base importante de l'économie tunisienne représente 8% des superficies agricoles exploitées (425.000 hectares) et 40% de la valeur totale de la production agricole et 10% de la valeur des exportations agricoles. Pour contribuer au plan d'action national en matière de maîtrise de l'énergie, le ministère de l'Agriculture a adopté une démarche intelligente en vue d'utiliser davantage les énergies renouvelables dans le secteur, et ce, pour participer à l'effort de l'Etat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il s'agit aussi de participer à l'effort national de réduction de l'utilisation de l'énergie fossile. Une stratégie assortie de mesures incitatives a été mise en place en vue d'utiliser l'énergie solaire au profit des petits agriculteurs. Le ministère a décidé, en outre, de fournir l'appui nécessaire aux projets amis de l'environnement dans le secteur agricole.

Le chef de cabinet du ministre de l'Agriculture a indiqué, par ailleurs, que le ministère a institué plusieurs mécanismes d'incitation et d'amélioration de l'investissement dans le domaine de l'énergie renouvelable pour les secteur de l'agriculture. Les agriculteurs sont encouragés à utiliser la technologie des énergies renouvelables. L'orateur a souligné que le projet d'énergie renouvelable pour le développement du secteur agricole en Tunisie entre dans le cadre de la coopération entre notre pays et l'Italie.

Formation et financement pour les jeunes

Il vise à installer des systèmes de pompage en recourant aux énergies renouvelables notamment les énergies solaire, éolienne et régénérée au profit de l'agriculture irriguée. Il est question, de même, de renforcer le dessalement les eaux saumâtres en utilisant l'énergie solaire par les petits agriculteurs en exploitant les ouvrages d'eau potable. Le projet va permettre la mise en place de système d'assèchement des plantes dans les zones rurales isolées.

De son côté, Mme Nawal Jabbès, chargée de l'économie sociale et solidaire au ministère de l'Agriculture, a précisé que ce projet va permettre d'exploiter l'énergie solaire en tant qu'énergie alternative dans le but de développer le secteur agricole. Elle a expliqué que l'utilisation de l'énergie solaire permettra le pompage de l'eau et le refroidissement des unités de lait et de fromage. L'oratrice a déclaré que, dans le cadre de ce projet, 24 jeunes ont été formés dans les domaines agricole, de l'énergie solaire et le machinisme agricole.

Les jeunes ont été également encouragés à l'initiative privée en adoptant un business plan pour leurs projets. Ensuite, il a été procédé au choix de 10 jeunes dont des promoteurs de projets qui peuvent être intégrés dans la coopération technique en matière d'énergies renouvelables. Ces jeunes sont natifs des gouvernorats de Kasserine, Kairouan, Sidi Bouzid et Sousse. Ils vont bénéficier d'un financement d'une valeur de 40 mille dinars pour la réalisation de leurs projets. Pour le reste des jeunes qui ont été formés, ils vont bénéficier d'autres projets et le minsitère de l'Agriculture va fournir les financements nécessaires pour eux.

M. Macro Polverari a souligné, de son côté, l'appui de son pays à ces initiatives destinées aux jeunes et qui visent à créer des postes d'emploi notamment dans les secteurs prometteurs comme celui des énergies renouvelables. Au cours de cette rencontre, a été présenté le projet d'utlisation des énergies renouvelables dans le secteur agricole. Un documentaire a été également diffusé pour donner une idée sur la session de formation destinée aux détenteurs des diplômes supérieurs et aux techniciens des commissariats régionaux au développement agricole dans le cadre dudit projet. A la fin de la rencontre, des diplômes ont été décernés aux lauréats de la session de formation.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.