Maroc: Tenue Casablanca d'un atelier à sur les techniques de négociation du commerce des services

Un atelier sur les techniques de négociation du commerce des services a été organisé, mercredi à Casablanca, au profit des Etats membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) en vue de promouvoir les échanges commerciaux intra-OCI.

Organisée par le Centre islamique pour le développement du commerce (CIDC) et le Département de la stratégie-pays et de la coopération de la Banque islamique de céveloppement (BID), cette rencontre s'inscrit dans le cadre de l'assistance technique dans le domaine des activités de l'Organisation mondiale du Commerce en faveur des Etats membres de l'OCI.

Cet atelier vise à former les cadres et représentants des Etats membres de l'OCI sur les développements récents des négociations du commerce des services tout en contribuant à renforcer leurs capacités à mener les négociations commerciales au sein de l'OMC et de l'OCI afin d'accroître le commerce intra-OCI et atteindre les objectifs du développement durable, rapporte la MAP.

S'exprimant à l'ouverture des travaux, la directrice générale de la CIDC, Latifa Elbouabdellaoui, a évoqué une conjoncture internationale marquée par une montée en force du protectionnisme, ce qui amène les Etats membres à renforcer la coopération au niveau économique et commercial afin de mieux cerner ces mutations et conserver leurs intérêts.

Le commerce des services est un secteur en plein essor au sein de l'OCI où les Etats membres se montrent compétitifs, notamment en matière des technologies d'information et de communication, le tourisme, le transport et les assurances, s'est-elle réjouie, notant également les progrès réalisés dans le commerce des biens entre les membres de l'OCI qui représentait 25% du commerce global de l'OCI en 2018.

En dépit de ces avancées, les liens commerciaux entre les Etats membres devraient se consolider davantage, a-t-elle ajouté, mettant en avant le potentiel énorme dont recèle le commerce des services dans l'objectif d'aboutir à long terme à la mise en place d'un marché islamique commun.

Pour sa part, Abdelmajid Nadiri, représentant du ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, a fait part de la détermination du Maroc à s'impliquer dans les différentes initiatives visant à promouvoir le commerce des services au sein de la communauté de l'OCI, rappelant la part importante de cette activité dans la composition du PIB national.

Le processus de libéralisation du commerce des services devrait tenir compte de la complémentarité économique entre les Etats membres pour garantir un impact positif, a insisté M. Nadiri, notant la nécessité de former les acteurs économiques, garantir le transfert des nouvelles technologies et intégrer les chaînes de valeur internationales afin de monter en compétitivité. Il a ainsi appelé à concevoir un mécanisme adéquat pour une meilleure concertation afin d'étudier la faisabilité économique des négociations autour du commerce des services.

Un parterre d'experts animera, deux jours durant, l'atelier autour de thématiques comme l'Accord général sur le commerce des services et les négociations de l'OMC, la libéralisation des services au niveau régional, le commerce des services dans le contexte de l'OCI et les techniques de négociation du commerce des services et accès aux marchés.

Pour clôturer l'atelier, une table ronde se penchera sur la "Voie à suivre pour promouvoir le commerce de services dans les Etats membres de l'OCI et sur l'agenda de négociation & commerce des services de la 12ème Conférence ministérielle de l'ON (MC12)".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.