Congo-Kinshasa: Quels soupçons pèsent sur l'ancien patron de l'ANR, Kalev Mutondo?

L'ancien patron de l'ANR, qui a été relaxé après plusieurs heures d'audition, semble entretenir le flou sur les raisons de sa présence dans les locaux des services de renseignements, eux-mêmes peu bavards sur le motif de l'interpellation de Kalev Mutondo. Mais on en sait désormais un peu plus sur les suspicions d'atteinte à la sûreté de l'Etat qui pèsent sur lui. Par ailleurs, cette interpellation ne laisse pas indifférentes les organisations de défense des droits de l'homme.

Kalev Mutondo, ex-patron de l'Agence nationale des renseignements (ANR), a été interpellé mercredi 12 février à l'aéroport de Kinshasa. Auditionné pendant plusieurs heures, l'ancien chef des renseignements a été autorisé à regagner son domicile en fin de journée.

Mais Kalev Mutondo fait l'objet de mesures conservatoires. Selon une source proche du dossier, avant de quitter les installations de l'ANR mercredi, l'ex-super flic congolais a dû remettre son passeport et ses autres documents de voyage. Il lui a été alors signifié l'interdiction pour lui de quitter Kinshasa avant la fin de l'enquête. Il ne peut pas non plus s'approcher des aéroports, des ports et des autres postes frontaliers, renseigne un document des services des renseignements.

De graves soupçons pèsent sur l'ancien numéro 1 de l'ANR qui, estiment ses successeurs, serait en intelligence avec des forces hostiles au régime actuel de Kinshasa. Ces derniers évoquent surtout des contacts qualifiés de « compromettants » que Kalev Mutondo aurait noués avec des groupes armés nationaux et étrangers qui écument l'Est de la RDC.

On parle de membres de l'ex-rébellion pro-rwandaise M23 réfugiés en Ouganda, ainsi que de rebelles rwandais qui sont traqués par les FARDC avec objectif de les rapatrier dans leur pays d'origine. Y-aurait-t-il un lien entre la persistance de l'insécurité dans la région de Beni et les visites de Kalev Mutondo dans les pays voisins? C'est ce que Kinshasa veut savoir, répond un des responsables des renseignements congolais.

« Un acte qui va dans la bonne direction »

Cette interpellation résonne, en République démocratique du Congo, comme un signal fort envoyé par le nouveau pouvoir pour exprimer sa volonté de restaurer l'État de droit dans le pays.

Georges Kapiamba, coordonnateur de l'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj), le message derrière cette interpellation est que plus personne n'est intouchable. « C'est une vraie rupture avec le passé, dans la mesure où Kalev Mutondo avait toujours été considéré, en RDC, comme faisant partie des personnes intouchables. Le fait qu'il a été interpellé, soumis à un interrogatoire et détenu pendant un bref temps avant d'être relâché sous certaines conditions, constitue vraiment une rupture », estime l'avocat.

Le coordonnateur de l'Acaj espère que Kalev Mutondo va continuer de coopérer avec la justice : « Cela constitue un signal fort lancé à tout autre citoyen ou citoyenne congolais, quel que soit son rang. Chacun doit savoir que s'il ne respecte par les lois de la République, s'il viole les droits de l'Homme, il peut être interpellé, entendu, poursuivi et il peut devoir rendre des comptes devant une juridiction compétente. C'est vraiment un acte qui va dans la bonne direction pour réaffirmer la restauration d'un État de droit que les Congolais et Congolaises réclament tant depuis l'arrivée du nouveau président. »

C'est vraiment un acte qui va dans la bonne direction pour réaffirmer la restauration d'un État de droit que les Congolais et Congolaises réclament tant depuis l'arrivée du nouveau président

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.