Togo: Quelque chose a changé au pays

13 Février 2020

Le climat a radicalement changé depuis les précédentes élections présidentielles. Le climat semble apaisé. Aucun incident signalé depuis l'ouverture de la campagne le 6 février dernier.

Les militants ont sans doute muri et les états-majors des partis ont sans doute compris que la meilleure façon de séduire les électeurs était d'éviter les violences et l'agressivité verbale.

C'est un bon signe pour la démocratie togolaise.

Ce jeudi à Kpota-Djifa (Lomé), la rencontre fortuite ente sympathisants d'UNIR (majorité présidentielle) et du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR, opposition) a été courtoise et même fraternelle.

Aucun n'est arrivé à convaincre l'autre, mais les échanges animés ont été certainement constructifs.

Si UNIR a déployé la grosse artillerie avec des meetings géants à travers tout le pays, la campagne de Komi Wolou est plus modeste. Elle consiste essentiellement par du porte à porte dans la capitale et dans les villes de l'intérieur et des visites sur les marchés.

M. Wolou s'est rendu dans l'après-midi à Vogan (préfecture de Vo).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.