Sénégal: Le Président Macky Sall au Premier Ministre Justin Trudeau en visite officielle

13 Février 2020

«On ne peut pas demander au Sénégal de légaliser l'homosexualité, notre société ne l'accepte pas»

Le Chef de l'État n'a pas fait, hier, dans la dentelle pour clarifier la position du Sénégal par rapport à l'homosexualité. Si Macky Sall a conforté l'idée du Premier ministre canadien Justin Trudeau pour qui le Sénégal est une grande démocratie, il a tenu à réaffirmer une position mettant en relief la spécificité de notre pays.

« On ne peut pas demander au Sénégal de légaliser, demain, l'homosexualité ; notre société ne l'accepte pas ! On ne peut pas avoir une vision globale du monde où tous les pays pensent la même chose ; ce n'est pas possible », a indiqué, hier, sur un ton assez ferme, le Président de la République qui faisait face à la presse en compagnie du Premier ministre du Canada. Selon Macky Sall, le Sénégal et le Canada partagent des valeurs communes en termes de respect des droits de l'Homme.

Soulignant qu'il respecte le choix du Premier ministre canadien porté sur cet aspect précis des droits de l'Homme, il a réaffirmé sa volonté de préserver un fondement social. À cet effet, le Chef de l'État a précisé : « Les lois de mon pays obéissent à des normes qui constituent le condensé de nos cultures et de nos civilisations. Elles sont le reflet de nos manières de vivre et d'être ; cela n'a rien à voir avec l'homophobie ». Sur cette même lancée, il a rappelé que le Sénégal est un pays de droit, un pays où sont respectés les droits de l'Homme. « Ces lois interdisent l'exhibition et les relations contre nature du point de vue de la législation ; c'est cela qui est mis en œuvre. Ceux qui ont une orientation sexuelle de leur choix ne font pas l'objet d'exclusion », a-t-il expliqué.

Macky Sall a souligné que les sociétés humaines connaissent leurs propres rythmes de progression et rappelé au Premier ministre canadien que chaque pays a son propre métabolisme et travaille selon son système interne. Et d'ajouter : « Au Sénégal, nous sommes à l'aise avec nos lois sur ce plan et nous allons poursuivre les discussions. En tout cas, pour l'instant, c'est cela qui est en vigueur ». Le Président a aussi indiqué que « la société est appelée à évoluer et cela prendra le temps qu'il faut ». Toutefois, il a clairement dit qu'il n'est pas dans l'optique de s'inscrire dans une logique d'uniformisation.

Sa réaction faisait suite à l'intervention de Justin Trudeau qui a souligné que la question de l'homosexualité a été brièvement abordée lors de leur tête-à-tête. « Je plaide toujours pour la défense des droits humains. Partout où je vais, je fais le plaidoyer. Le Président Macky Sall connait mes perspectives. On en a parlé brièvement lors de notre rencontre. Le Sénégal est un leader en matière de démocratie et de valeurs, nous sommes en discussion sur ce point », a déclaré le Premier ministre canadien.

CONSEIL DE SÉCURITÉ DES NATIONS UNIES : Le Sénégal soutient la candidature du Canada...

Interpellé sur la candidature du Canada au poste de membre du Conseil de sécurité des Nations unies, le Chef du Gouvernement de ce pays d'Amérique du Nord a réaffirmé qu'ils sont déjà engagés dans le multilatéralisme et « on peut comprendre à quel point les institutions comme l'Onu sont essentielles pour pouvoir étaler des solutions inclusives ».

Sur cette question, le Chef de l'État sénégalais a affirmé qu'on a besoin de la voix du Canada au Conseil de sécurité et a rassuré son vis-à-vis quant au soutien de notre pays « auprès des amis africains ». Selon Macky Sall, le Canada n'est pas un pays difficile à soutenir du fait de son ouverture.

Le Premier ministre Trudeau a apprécié fortement cet appui du Président Sénégalais. « Pour nous, le siège au Conseil de sécurité dans les années à venir nous permettra d'approfondir le travail que nous sommes en train de faire. Quand on parle de sécurité dans la région, la communauté internationale doit être impliquée sur le plan militaire. Mais, quand on parle de sécurité au Sahel, on doit reconnaitre que, souvent, la radicalisation des jeunes est due aux manques d'opportunités d'emplois.

Et c'est cela qu'il faut combler avec des investissements pour la création d'emplois », a plaidé M. Trudeau. Pour ce dernier, une voix canadienne au Conseil de sécurité des Nations unies pourra approfondir les efforts engagés par son pays pour la paix mondiale.

... qui réitère son engagement pour la sécurité en Afrique de l'Ouest

Les échanges entre les deux responsables ont également porté sur les efforts du Canada pour le maintien de la paix dans la région ouest-africaine. Justin Trudeau a rappelé l'engagement de son pays aux côtés du Sénégal, dans le cadre de la Minusma, pour l'instauration de la paix et de la sécurité au Mali et dans le Sahel. Depuis l'été dernier, le Canada a été invité à se joindre à l'alliance pour le Sahel à titre d'observateur. Justin Trudeau a assuré que les pays d'Afrique de l'Ouest peuvent compter sur l'appui de son pays pour faire face aux défis importants de la sécurité.

Le président SUR LE CONCEPT «2020, ANNÉE DU CANADA AU SÉNÉGAL» : «Nous allons booster la coopération à travers le commerce et l'investissement»

Le concept « 2020, année du Canada au Sénégal » illustre pour les deux personnalités les perspectives heureuses qui s'offrent aux deux pays. « Nous comptons, à travers le commerce et l'investissement, booster cette coopération. C'est dans ce cadre qu'il faut le comprendre », a indiqué le Chef de l'État. Macky Sall a, à cet effet, souligné que l'avènement du libre-échange continental en Afrique (Zlecaf) devra permettre de faire un « bond qualitatif ».

« Nous allons voir quelles sont les synergies à mettre en place pour une délocalisation d'entreprises et comment le Canada peut travailler avec cette zone de libre-échange qui est une énorme opportunité et concerne toute l'Afrique », a-t-il fait savoir. Pour lui, une complémentarité des actions aidera à relever des défis communs. « Les deux Gouvernements travaillent déjà dans ce cadre », a assuré le Président.

Le Chef de l'État magnifie la «phase ascendante» de la coopération

La visite au Sénégal du Premier ministre Canadien Justin Trudeau augure de belles perspectives pour le Sénégal, selon le Chef de l'État, Macky Sall, qui indique qu'elle aborde une phase ascendante.

Le Sénégal et le Canada s'engagent à renforcer leur coopération vieille d'une cinquantaine d'années. Après un tête-à-tête avec le Premier ministre canadien, le Président de la République a souligné qu'il faut s'attendre à un nouveau cap. Magnifiant l'exemplarité des relations entre les deux pays qui partagent des valeurs de paix, de liberté, d'ouverture et de respect des droits humains, Macky Sall s'est réjoui du fait que la coopération bilatérale qui touche différents secteurs d'activité « connaisse une phase ascendante ». Il ajoutera : « En plus du secteur minier, nous sommes en train d'explorer d'autres possibilités de coopération dans des secteurs comme l'agriculture, l'économie verte, le pétrole et le gaz ».

EXPLOITATION PÉTROLIÈRE ET GAZIÈRE : Ottawa s'engage à former des cadres sénégalais

Dans cette optique, le Canada s'est engagé à accompagner le Sénégal dans sa phase d'exploitation du gaz et du pétrole.

« Il a une très grande expérience, c'est un pays qui a connu un développement fulgurant de l'activité minière. Le Gouvernement canadien s'est proposé d'accueillir des cadres sénégalais pour renforcer leurs capacités », a affirmé le Président de la République. Sur ce plan, Macky Sall a ajouté qu'il a été convenu de faire mieux. « Nous allons faire mieux dans le domaine des investissements ; nous allons poursuivre tous les efforts nécessaires pour approfondir notre relation et élargir notre partenariat dans le cadre du Plan Sénégal émergent (Pse) », a-t-il dit.

JUSTIN TRUDEAU, PREMIER MINISTRE DU CANADA : «Ce qui nous amène ici, c'est d'abord une ambition commune pour l'avenir»

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué, hier, lors de la conférence de presse conjointe avec le Président Macky Sall, que malgré la distance, les deux pays doivent collaborer et essayer d'accroitre leurs relations commerciales. Se prononçant sur l'objectif de sa visite, il a soutenu que qui l'amène au Sénégal, « c'est d'abord une ambition commune pour l'avenir ».

Après s'être entretenus en privé, le Président Macky Sall et le Premier ministre canadien Justin Trudeau, accompagnés de leurs Ministres, ont fait face à la presse à la salle des banquets du Palais de la République. Du haut de son pupitre, le Premier ministre canadien a souligné d'emblée que son pays et le Sénégal entretiennent des relations solides basées sur une langue et des valeurs communes comme la démocratie, l'égalité et la paix. Justin Trudeau a tenu à expliquer le sens de sa visite au Sénégal, « moteur économique de l'Afrique francophone ».

Il a insisté sur la nécessité pour les deux pays de collaborer. « Ce qui nous amène ici aujourd'hui, c'est d'abord une ambition commune pour l'avenir. Les défis auxquels notre monde est confronté sont nombreux : changements climatiques, inégalités sociales, la sécurité et la paix », a argumenté M. Trudeau. Selon ce dernier, malgré les milliers de kilomètres et l'océan qui séparent les deux États, dans un monde interconnecté, la collaboration entre des pays qui partagent une vision et des valeurs similaires est plus que nécessaire.

Booster les échanges commerciaux

Le Premier ministre Justin Trudeau a révélé que, lors de son entretien avec le Président Sall, ils ont discuté des défis et des opportunités qui se présentent aux deux pays. Ils ont d'abord réaffirmé leur engagement à faire rayonner la Francophonie en investissant dans les jeunes, notamment dans le monde numérique. Trudeau a poursuivi qu'ils ont aussi mis l'accent sur l'économie et fixé comme objectif d'accroitre les échanges commerciaux entre les deux pays. « Le Sénégal est un pôle commercial majeur ; il représente une opportunité pour les entrepreneurs canadiens », a-t-il dit.

L'hôte du Sénégal d'expliquer qu'en multipliant les ponts entre les deux pays, les entreprises pourront étendre la portée de leurs activités, créer des emplois et contribuer à la croissance des deux économies. 2020 étant décrétée « année du Canada au Sénégal », Macky Sall a pensé que cela est une « ambition déclinée », car les deux pays ont une coopération exemplaire. Cette dernière, à son avis, doit être boostée dans le commerce et l'investissement.

Le Sénégal sera appuyé dans la formation en Stim

Le Premier ministre canadien a aussi insisté sur l'importance des investissements de son pays dans le domaine de l'éducation et de la formation au Sénégal. Concernant ce secteur, il y a énormément de partenariats entre les deux pays.

Justin Trudeau a promis aussi que son pays continuera à appuyer le Sénégal dans la formation, particulièrement en ce qui concerne les Sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (Stim). Avec enthousiasme, il a lancé : « On est dans un monde en évolution et on comprend que l'éducation devient de plus en plus importante. On a besoin d'investir en sciences des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques. On a besoin d'investir plus dans l'éducation technique, dans la programmation ». Il a soutenu que le Canada a de grandes capacités dans ces domaines. Pour le Chef du Gouvernement canadien, « si on fait ce virage, on peut aider et faciliter ces formes d'éducation au Sénégal ». Trudeau est d'avis qu'il faut se préparer pour l'économie de l'avenir avec le savoir. Sur ce, il a estimé que les deux pays vont continuer à travailler pour un avenir plus technologique en passant par la formation professionnelle.

Le Bureau régional du Crdi rouvert à Dakar

Justin Trudeau a dévoilé, hier, à Dakar, la plaque du Centre de recherche pour le développement international (Crdi). Le site va accueillir des laboratoires de recherche pour l'agriculture urbaine et l'éducation dédiés à l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a inauguré, hier en début d'après-midi, les nouveaux locaux du Centre de recherche pour le développement international (Crdi), sis aux Almadies. C'est un bâtiment moderne à la devanture vitrée. Il servira à effectuer des travaux scientifiques pour l'agriculture urbaine et l'éducation au sens large. Pour la création de cet espace à Dakar, le Canada a mobilisé 10 millions de dollars canadiens en collaboration avec la Banque mondiale.

Le Crdi a été aussi construit pour servir de plateforme de développement entre l'Afrique de l'Ouest et du Centre et le Canada. Justin Trudeau est convaincu qu'il va davantage raffermir les liens existants entre son pays et le continent africain. Un partenariat solide qui, dans le cas de ce nouveau centre, va contribuer à l'éducation et la formation des jeunes innovateurs et entrepreneurs des deux sous-régions africaines. À travers cette vision, le Canada entend contribuer à la croissance économique mais aussi à l'amélioration des conditions de vie des couches vulnérables. « Le centre appuie des recherches qui produisent des données probantes pour rompre le cycle de la pauvreté, réduire les inégalités, les effets d'un climat changeant et aider les gens à vivre plus sainement », a-t-il résumé. Le Premier ministre canadien a rappelé que sur tous ces aspects précités, son pays est un partenaire de première heure du Sénégal. Cet intérêt manifesté à l'égard du Canada se justifie, selon lui, par le dynamisme démographique accompagné par des progrès économiques louables.

Justin Trudeau a souligné que le Sénégal se distingue également dans le domaine de l'innovation et est devenu une plaque tournante du continent en la matière.

Au nom du Président Macky Sall, le Ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération internationale s'est réjoui de l'implantation du bureau du Crdi à Dakar. Amadou Hott voit en cela une marque d'estime du peuple canadien à l'endroit du Sénégal. Il a souligné que l'installation du Crdi épouse parfaitement la politique d'émergence du Sénégal, rappelant à la délégation canadienne que la recherche, l'innovation et l'éducation sont érigées en priorité par le Président Sall. Le Ministre a ainsi déclaré que ce bureau régional est la bienvenue et contribuera à l'essor économique du pays. Il est revenu sur l'apport du Crdi dans la marche économique du Sénégal depuis sa création en 1972. De cette date à 2013, le centre a financé quelques 351 activités au Sénégal pour une valeur de 57,3 millions de dollars canadiens.

Le nombre d'étudiants sénégalais au Canada a augmenté de 20 % en 2019

S'agissant des apprenants sénégalais au Canada, le Premier ministre a informé que, l'année dernière, ils ont augmenté de 20 %. Le Canada, a-t-il réaffirmé, a mis en place un programme accéléré pour permettre un accès plus facile aux visas aux étudiants sénégalais. D'ailleurs, il a révélé que le Sénégal et le Maroc sont les deux pays en Afrique à avoir accès à ce programme du fait du « bon lien historique » qu'il y a avec les étudiants venant de ces pays. Plus de 1300 étudiants sénégalais se trouvent dans les universités de ce pays d'Amérique du Nord.

Le Premier ministre canadien marqué à «vie par Gorée»

Au début d'un séjour chargé (12 et 13 février), le Chef du Gouvernement canadien s'est rendu, hier matin, à l'Île de Gorée avant d'être reçu par le Président Macky Sall au Palais de la République.

Après une visite à la Maison des esclaves, il a confessé son « bouleversement » de vivre « le passage douloureux » de milliers d'hommes et de femmes déportés de l'Afrique. « Je me souviendrai de cette visite toute ma vie », a dit Justin Trudeau. Ce jeudi, il va s'entretenir avec des jeunes à l'Ucad et échangera avec des représentants du monde des affaires.

Toutes ces activités, a-t-il dit, permettront de tracer les grandes lignes d'une coopération entre le Sénégal et le Canada.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.