Cameroun: Culture du blé et de l'anacarde - L'Adamaoua, première de la classe

En visite de travail à Ngaoundéré, le ministre délégué à l'Agriculture a félicité les acteurs du monde rural pour les bons résultats obtenus dans la vulgarisation de ces spéculations.

L'Adamaoua est la première zone d'élevage de bovins du pays. Cela est connu de tous. Dans quelques années, la région château d'eau du Cameroun sera peut être aussi le premier bastion de la culture du blé et de l'anacarde du pays. C'est la tendance qui se dégage au terme de la visite de travail qu'a effectuée le ministre délégué à l'Agriculture chargée du Développement rural. Pendant deux jours, Clémentine Ananga Messina a visité les fermes et les sites d'expérimentation de ces cultures nouvelles que le gouvernement est en train de promouvoir. Samedi dernier, elle s'est notamment rendue à Wassandé, localité située à une soixantaine de kilomètres de Ngaoundéré, dans l'arrondissement de Nyambaka.

Wassandé, village pionnier, doit en partie sa réputation à la Sodéblé. C'est ce village qui abrite les installations de la défunte Société de développement du blé (Sodéblé). Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (MINADER) veut relancer la culture du blé, céréale qui sert à la fabrication de la farine, ingrédient nécessaire à la production du pain et des beignets, entre autres. Le blé et le riz sont les céréales les plus consommés au monde, a rappelé l'hôte des populations locales. En partenariat avec l'IRAD, le Minader a créé 250 unités de démonstration du blé à travers le pays. Le site de Wassandé donne des résultats encourageants. Sur la dizaine de variétés testées, quatre sortent du lot. Clémentine Ananga Messina a reconnu que le site d'expérimentation de Wassandé a une bonne longueur d'avance sur les autres. La mayonnaise prend. Le MINDEL avait à ses côtés Douadje Mahama, coordonnateur national du Projet national de structuration, d'accompagnement des producteurs et de la vulgarisation agricole (Prosapva).

Le Mindel a également fait le point sur la vulgarisation de l'anacarde, culture pérenne qui a désormais le vent en poupe, en Côte d'Ivoire notamment. L'Etat fait la promotion de la noix de cajou. A Ngaoundéré, l'IRAD va produire dans un premier temps 500.000 plants destinés aux trois régions septentrionales du pays. En marge du mini comice agropastoral régional ouvert vendredi dernier, le MINDEL a lancé un appel aux agriculteurs de s'investir dans la culture de ces deux spéculations qui peuvent apporter une grosse valeur ajoutée à l'économie. La ministre déléguée à l'Agriculture a précisé que les autres cultures ne doivent pour autant pas être abandonnées et négligées. L'Adamaoua est une zone agro-écologique favorable non seulement à l'élevage mais aussi à l'agriculture. Il faudra transformer ces multiples atouts en potentialités.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.